Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Coronavirus

Malgré le reconfinement, « les guichets des services publics resteront ouverts »

Publié le 28/10/2020 • Par Delphine Gerbeau Hervé Jouanneau Léna Jabre • dans : A la une, Actu prévention sécurité, France

enfant adulte masque - AdobeStock_383283992 600x400
© nimito-adobestock
Ouverture des écoles, maintien partiel de l'activité et visites autorisées dans les maisons de retraite. Dans une adresse solennelle retransmise le 28 octobre en soirée, le président de la République, Emmanuel Macron, a assorti l'annonce d'un reconfinement national à partir de jeudi soir, avec des règles nouvelles. Une décision qui s'accompagnera, selon lui, d'un recours accru aux élus locaux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’explosion des cas de contamination, du nombre de morts (527 le 27 octobre, a dit Emmanuel Macron), et la saturation annoncée des hôpitaux ne laissait plus guère le choix. Neuf mois après le choc du premier confinement national, le président de la République, a fait le choix de verrouiller de nouveau le pays. Tout le pays, a-t-il précisé, rejetant l’idée d’un reconfinement local. Objectif : réduire les nouvelles contaminations de 40 000 par jours à 5000. Un premier bilan sera établi dans deux semaines. Toutefois, la mise sous cloche sera assouplie pour « tirer les enseignements des événements du printemps » et de nouvelles règles seront établies afin de protéger « tous les Français (…) tout en protégeant l’économie ».

Ces nouvelles règles, qui seront présentées par le Premier ministre ce jeudi à 18h30 et votées au Parlement au même moment, entreront en vigueur « dans la nuit de jeudi à vendredi » jusqu’au 1er décembre minimum. Elles concerneront trois points principaux : les écoles resteront ouvertes, le travail pourra continuer, les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités.

  • S’agissant de l’école, les enfants « ne sauraient être privés d’instruction, d’éducation, de contact avec le système scolaire ». En conséquence, « les crèches, les écoles, les lycées demeureront ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés », tandis que les universités et les établissements d’enseignement supérieur assureront leurs cours en ligne.
  • Principale nouveauté par rapport à mars : l’activité économique « continuera avec plus d’intensité ». Et le chef de l’Etat de citer les usines, les exploitations agricoles et le BTP, dans le respect strict des protocoles sanitaires.
    Mais aussi les services publics. « Les guichets des services publics resteront ouverts », a précisé le chef de l’Etat, sans donner plus de détails. « L’économie ne doit ni s’arrêter, ni s’effondrer ». Le télétravail devra être généralisé autant que possible.
  • Enfin, pour éviter que se nouent des drames humains », les visites en maison de retraite et en Ehpad seront autorisés dans le strict respect des règles sanitaires. « Je souhaite aussi que les personnes en situation de handicap puissent bénéficier des souplesses dont elles ont besoin ». Quant aux cimetières, ils demeureront ouverts en cette période de Toussaint pour que les Français « puissent continuer à enterrer dignement nos morts ».

Maintien des restrictions

Pour le reste, comme lors du premier confinement au printemps, les restrictions sociales s’appliqueront. « Moins de réunions avec la famille, les amis, le respect de la distanciation physique y compris au domicile. Le port du masque systématique lorsqu’on se situe en présence d’une autre personne », a-t-il mentionné.

Comme au printemps, les Français devront se munir d’une attestation pour se rendre au travail, à un rendez-vous, porter assistance, faire ses courses ou prendre l’air. De même, les réunions privées sont exclues, les rassemblements publics seront interdits. Les déplacements d’une région à l’autre ne seront pas possibles, mais une tolérance s’appliquera pour les retours de vacances.
De plus, « les commerces non essentiels, les établissements recevant du public, notamment les restaurants et les bars, seront fermés ».

Appliquant le principe du « quoi qu’il en coûte » énoncé dès le premier confinement, le chef de l’Etat s’est engagé, une fois encore, à débloquer des aides pour soutenir l’emploi et l’activité : prise en charge jusqu’à 10 000 euros par mois des pertes des entreprises fermés administrativement, chômage partiel reconduit pour les salariés et les employeurs… Des mesures de trésorerie seront également prévues pour les charges et les loyers, a-t-il évoqué, et un plan spécial sera dirigé vers les indépendants et les très petites entreprises.

« Nous avons besoin des maires »

Appelant à la responsabilité individuelle, le président s’en est également remis aux médecins et soignants, en première ligne, mais aussi aux élus locaux. « Nous avons besoin de nos élus. Nos maires ont joué un rôle essentiel. Maires, présidents d’intercommunalités et de métropoles, élus de terrain, nous allons avoir besoin de vous de manière encore accrue pour proposer et aller plus loin en matière de prévention, mobiliser les associations pour accompagner les personnes les plus isolées, les moins bien informées et assurer la bonne application des mesures prises, que ce soit auprès de nos jeunes dans le temps périscolaire ou par accompagner les personnes les plus vulnérables et les plus âgées ».

Besoin également des forces de sécurité intérieure « pour garantir l’application des mesures » et des « forces de sécurité civile pour déployer des plateformes de tests et d’aller au contact de la population ». Mais c’est aux citoyens eux-mêmes qu’il a accordé son dernier mot, invoquant le sens des responsabilités car, a-t-il conclu, « la réussite dépend du civisme de chacun et chacune d’entre nous ».

Sept mois de crise sanitaire en dates

  • 12 mars 2020 : le président de la république annonce la fermeture des écoles à partir du 16 mars. Le premier tour des élections municipales est maintenu.
  • 16 mars 2020 : le président de la République annonce un confinement général avec une restriction des déplacements et des contacts limités au strict nécessaire pour au moins quinze jours. Le second tour des élections municipales est reporté.
  • 23 mars 2020 : la loi n°2020-290 d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 permet de déclarer l’état d’urgence sanitaire sur tout ou partie du territoire en cas de catastrophe sanitaire mettant en péril par sa nature et sa gravité la santé de la population. L’état d’urgence est déclaré pour une durée de deux mois. Une série d’ordonnances est publiée au JO le 26 mars.
  • 17 avril 2020 : le Conseil d’Etat se prononce sur la validité de l’arrêté du maire de Sceaux imposant le port du masque. Plusieurs décisions jugent illégales les arrêtés municipaux instaurant un couvre-feu.
  • 28 avril 2020 : Edouard Philippe présente la stratégie nationale de déconfinement.
  • 11 mai 2020 : un déconfinement différencié est mis en place, avec des territoires verts et des territoires rouges où les déplacements restent limités à un rayon de 100 kilomètres. Les écoles réouvrent progressivement.
  • 14 juin 2020 : le président de la république annonce une nouvelle phase du déconfinement, la limitation des 100 kilomètres est notamment levée. Un décret précise les nouvelles règles.
  • 10 juillet 2020 : La loi n° 2020- 856 du 9 juillet organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire est publiée. Elle permet de prendre une série de mesures pour lutter contre la propagation de l’épidémie. Une série de décrets d’application sont publiés.
  • 17 juillet 2020 : un décret rend obligatoire le port du masque dans les lieux publics et clos
  • 18 août 2020 : un décret pose de nouvelles règles pour la rentrée, notamment en ce qui concerne le port du masque.
  • 23 septembre 2020 : le ministre de la santé annonce de nouvelles mesures de restrictions dans onze métropoles et les communes de la petite couronne d’Ile-de-France, comme la fermeture des bars de façon anticipée, la limitation de la jauge des rassemblements,…
  • 14 octobre 2020 : l’état d’urgence sanitaire est rétabli par décret à compter du 17 octobre. Un décret du 16 octobre vient préciser les nouvelles règles. Un couvre-feu interdisant les sorties de 21h à 6 h du matin est introduit dans 54 départements.
  • 27 octobre 2020 : Emmanuel Macron annonce un reconfinement général du pays, mais avec des adaptations par rapport à la première période.

Thèmes abordés

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Éradication du SARS-CoV-2 : le robot tueur qui décontamine l’air et les surfaces

de UV FLASH SERVICES

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Malgré le reconfinement, « les guichets des services publics resteront ouverts »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement