Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Construction

Rénovation énergétique des bâtiments publics : comment accélérer l’utilisation du fonds par les collectivités ?

Publié le 26/10/2020 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de l’économie, des finances et de la relance : Dans le cadre du Grand plan d’investissement (GPI), la Caisse des dépôts et consignations (CDC) a été chargée de la commercialisation, sur 5 ans, de deux enveloppes de prêts sur fonds d’épargne destinées à financer la rénovation thermique des bâtiments publics : l’une, de 3 Md€, à destination des organismes de logements sociaux et l’autre, de 2 Md€, à destination du secteur public local dite « GPI-Ambre ». Enfin, il a été demandé à la CDC de mobiliser des investissements en fonds propres de 500 M€ dans des sociétés de projets concourant à la rénovation thermique des bâtiments.

S’agissant plus spécifiquement des prêts GPI-Ambre, plusieurs facteurs expliquent le niveau consommation inférieur, à ce stade, à celui attendu en rythme de croisière. Tout d’abord, la commercialisation de cette enveloppe n’a débuté que progressivement au cours de l’année 2018 et les données dont nous disposons font état d’une connaissance encore très insuffisante de cette offre par les collectivités bénéficiaires. La CDC conduit ainsi actuellement d’importantes campagnes de communication afin de développer la notoriété du produit. En outre, le cycle politique, notamment au niveau communal, joue actuellement en défaveur du lancement de nouveaux investissements de rénovation énergétique des bâtiments publics. Enfin, un certain manque d’accompagnement de petites collectivités dans le montage des projets éligibles a été identifié, et des actions d’appui de l’ADEME et de la CDC pourront être déployées à cette fin.

A l’inverse, les conditions de l’enveloppe GPI-Ambre demeurent à la fois suffisamment larges (cette enveloppe peut financer tout projet concourant à la réduction des consommations d’énergie des bâtiments publics éligibles) et attractives s’agissant du taux (TLA+0,75 %), des maturités (de 20 à 40 ans) et des conditions non-financières (différé d’amortissement pouvant aller jusqu’à 5 ans).

Il ne paraît ainsi pas opportun d’abaisser la durée minimum de prêt, la compétitivité de l’offre du fonds d’épargne par rapport aux offres de marché étant plus importante sur les maturités les plus longues, maturités qui correspondent d’ailleurs aux caractéristiques des projets de rénovation thermique éligibles.

De la même manière, l’octroi de bonifications n’apparaît pas souhaitable, dans la mesure où celles-ci, outre leur coût important pour les finances publiques, seraient susceptibles de générer d’importants effets d’aubaine.

Par ailleurs, il convient de souligner qu’en dehors de l’enveloppe GPI-Ambre, qui a d’abord vocation à répondre aux besoins d’investissement non couverts par l’offre de marché, de nombreuses collectivités locales conduisent dès aujourd’hui des travaux de rénovation thermique de leurs bâtiments en bénéficiant d’une offre de financement privée à la fois abondante et très attractive.

Les données disponibles font en effet état d’un niveau historiquement bas du coût d’emprunt des collectivités locales (taux moyen de 1,10 % selon l’Observatoire 2018 de Finance Active), permettant à celles-ci de financer avantageusement des travaux de rénovation énergétique.

S’agissant des investissements en fonds propres dans des dispositifs tels que les Marchés de partenariat de performance énergétique (MPPE), sociétés d’économie mixte à opération unique (SEMOP) ou l’intracting, la CDC conduit actuellement un important travail de sensibilisation des collectivités locales sur l’intérêt de ces dispositifs. Il s’agit cependant d’instruments très innovants qui doivent encore faire l’objet d’une meilleure appropriation par leurs bénéficiaires, ce qui constitue un préalable à leur déploiement à une échelle plus large.

Enfin, s’agissant du « décret tertiaire », l’article 175 de la loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique dite « loi Elan », votée le 23 novembre 2018, a fourni une base légale aux dispositions visant à fixer des objectifs de réduction de la consommation d’énergie et de l’émission de gaz à effet de serre aux bâtiments à usage tertiaire.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Compétences numériques des agents territoriaux : état des lieux inédit et voies d’amélioration

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rénovation énergétique des bâtiments publics : comment accélérer l’utilisation du fonds par les collectivités ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement