Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement numérique

Les projets de smart city passés au crible de la sobriété numérique

Publié le 23/10/2020 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

aménagement smart city
adobe stock
Comment savoir si un projet de smart city est réellement bénéfique à un territoire en terme de pertinence énergétique ? Comment en contenir les effets rebonds ? Le dernier rapport du think thank the Shift Project dédié à la sobriété numérique invite les acteurs publics à se poser les bonnes questions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Quand le numérique passe au vert

« A la fois mot d’ordre de politiques publiques et engouement du secteur privé, la ville connectée ambitionne de s’inscrire dans un futur qu’elle peine pourtant souvent à caractériser. » Le dernier rapport du think tank the Shift Project, qui a pour but de décarboner l’économie, rappelle que tout projet de smart city devrait faire l’objet d’une évaluation rigoureuse pour en déterminer la pertinence énergétique.

Paru mi-octobre, ce rapport s’inscrit dans le prolongement des réflexions du groupe de travail piloté par Hugues Ferreboeuf depuis 2017, et a pour objectif d’apporter de la lisibilité sur la sobriété numérique, une thématique encore émergente aux yeux de certains acteurs, notamment publics, afin d’objectiver la situation et proposer des « recommandations pratiques et systémiques ».

Etudier les impacts au cas par cas

Une partie des réflexions ne manquera pas d’intéresser de près les collectivités puisqu’elles s’attaquent au cas de la smart city, qui se traduit trop souvent par « la mise en place d’une superposition de services et d’infrastructures connectées », avertissent les auteurs du rapport, pour lesquels le mot d’ordre à avoir est : pas de foi aveugle. Il faut étudier les impacts des usages au cas par cas.

Car ils ont repéré des angles morts : « la quantification de

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Dossier

Quand le numérique passe au vert

Sommaire du dossier

  1. Empreinte environnementale du numérique : quelles nouvelles obligations pour les collectivités ?
  2. Ces collectivités qui font le choix du numérique local
  3. Numérique local : un data center de proximité, du deux-en-un 
  4. Sobriété numérique : les vertus de la gestion en interne
  5. Quand le numérique passe au vert
  6. Numérique responsable : se mettre en ordre de marche pour la loi REEN
  7. Sobriété numérique : pourquoi les collectivités doivent stimuler les filières de recyclage et de réemploi
  8. Un référentiel pour maîtriser l’impact environnemental des données
  9. Ville sobre : sortir de l’anecdotique, un défi collectif majeur
  10. Numérique vert : pourquoi il faut miser sur les appareils reconditionnés
  11. « On doit faire preuve de davantage de discernement technologique »
  12. Après la smart city, place à la ville sobre
  13. Numérique vert : pourquoi les collectivités doivent faire mieux
  14. Numérique vert : des clés pour penser l’écoconception des services publics numériques
  15. Numérique vert : dans les services, frugalité et bonnes pratiques s’installent peu à peu
  16. Les projets de smart city passés au crible de la sobriété numérique
  17. Les propositions de l’Arcep pour réduire l’empreinte environnementale du numérique
  18. Numérique vert : le MaaS, la plateforme fourre-tout
  19. Numérique vert : « Il est important de ne pas appliquer de recettes de cuisine »
  20. La Rochelle s’engage pour un numérique responsable
  21. Le numérique vert s’arme d’une proposition de loi sénatoriale
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment accompagner les ménages vers la rénovation énergétique de leur logement sur votre territoire ?

de SOLIHA

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les projets de smart city passés au crible de la sobriété numérique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement