Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Construction

« Actionnons tous les leviers de la relance ! »

Publié le 26/10/2020 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

La construction en clair-obscur
Fotolia
Le plan de relance comprend un volet "construction" orienté vers le développement durable. C’est un acte significatif que nous saluons mais qui doit être prolongé dans le plan lui-même et par nos actions sur le terrain.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Daniel Rigout

Daniel Rigout

Président d’EGF (les Entreprises générales de France du BTP)

Le plan de relance comprend un volet « construction » orienté vers le développement durable. C’est un acte significatif que nous saluons mais qui doit être prolongé dans le plan lui-même et par nos actions sur le terrain.

Le plan gouvernemental présente, en effet, trois angles morts. Tout d’abord, il fait largement l’impasse sur la construction neuve, ce qui nous éloigne encore davantage de l’objectif national de 500 000 logements par an. Si l’on laisse les choses en l’état, ce seront près de 25 % de logements construits en moins en 2021, y compris dans le domaine du logement social, où les besoins restent critiques pour de nombreux foyers aux revenus modestes. A l’insuffisance de l’effort financier pour le neuf s’ajoute une forme d’incohérence collective en matière de droits à construire. L’objectif de la zéro artificialisation nette (ZAN) avancé au niveau national devrait logiquement conduire à densifier la ville ; or, telle ne semble pas être une volonté partagée par les décideurs locaux.

Il est possible de relancer plus, plus vite et plus fort

Enfin, même si nous parvenons à améliorer son contenu, le plan de relance n’aura pas suffisamment d’effets immédiats. En effet, par le retard pris ces derniers mois dans la délivrance de permis et la préparation de nouveaux projets, un trou d’air dans l’activité se profile dès le début de l’année prochaine, et ceci jusqu’à mi-2022. Pour le seul secteur du BTP, il pourrait représenter une perte d’environ 200 000 emplois sur la période dans tous les territoires.
Ce trou d’air annoncé n’est pourtant pas une fatalité. Il est possible de relancer plus, plus vite et plus fort en se saisissant pleinement des multiples possibilités actuelles du code de la commande publique.
Par exemple, les contrats intégrés de type conception-réalisation, permettent d’optimiser les plannings et de réduire très significativement les délais d’un projet. Ce sont autant de mois de gagnés pour l’activité et l’emploi pour toutes les entreprises qui participent à ces chantiers et qui sont majoritairement des PME.
Quant au marché global de performance, par l’engagement pris sur le résultat par le titulaire du contrat, il offre aux collectivités un garant écologique solide et bien réel, d’autant plus nécessaire lorsque l’économie globale du projet mise sur l’allégement de la facture énergétique de l’école ou de l’Ehpad. Sans engagements forts, la relance verte risque parfois de tourner au simple « green washing ».

Plus que jamais, oser sortir de nos habitudes

Le droit des contrats est aussi une ressource, dans la mesure où il permet de faire appel à d’autres moyens que les lignes budgétaires ou les subventions. Le bail emphytéotique administratif (BEA), la société d’économie mixte à opération unique (Semop) ou le marché de partenariat permettent de mobiliser des investissements privés pour répondre aux besoins des collectivités, et la vente conditionnée valorise leur patrimoine au service de projets d’intérêt général.
Bien sûr, ces outils peuvent encore être améliorés, ne serait-ce qu’à titre expérimental pour la période du plan de relance. Mais pour l’heure, force est de constater que la boîte à outils de la commande publique est encore trop peu utilisée, parfois du seul fait des habitudes. Pourtant, plus que jamais, la situation exige d’actionner tous les leviers et donc d’oser sortir de nos habitudes. Cela est vrai pour nous tous.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Arrêt de travail : bien accompagner le retour pour éviter la rechute

de Mutuelle Nationale Territoriale - MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Actionnons tous les leviers de la relance ! »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement