Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

FONCTION PUBLIQUE

Des pistes pour booster l’attractivité de la fonction publique

Publié le 22/10/2020 • Par Emeline Le Naour • dans : France, Toute l'actu RH

attractivite-emploi-aimante-une
Andrey Popov - AdobeStock
Diversification des profils, évolution jurys de concours, ou développement de la marque employeur… Un groupe de travail organisé par la DGAFP sur l'attractivité des métiers s'est tenu mardi 20 octobre avec pour objectif de mettre en place des outils nécessaires à la régénération de la fonction publique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Manque d’évolution dans les carrières, cadre de travail jugé trop rigide, rémunération moindre que dans le secteur privé… Les raisons du manque d’attractivité dans la fonction publique sont déjà largement identifiées. Pour pallier cette difficulté de recrutement notamment dans les métiers en tension, la DGAFP a lancé plusieurs chantiers ambitieux qui ont été présentés aux organisations syndicales lors d’un groupe de travail qui s’est tenu le 20 octobre.

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Éradication du SARS-CoV-2 : le robot tueur qui décontamine l’air et les surfaces

de UV FLASH SERVICES

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des pistes pour booster l’attractivité de la fonction publique

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

23/10/2020 11h09

Que de bonnes intentions… mais sans toucher au nerf de la guerre: l’argent!

Ayant une expérience de bientôt quarante ans, j’ai pu constater qu’il existe plusieurs profils que l’on peut résumer entre ceux qui ont les dents longues et ceux pour lesquels exercer une mission de service public est une vocation.

Pour ces derniers, l’argent n’est pas l’élément majeur de leur choix. Avant tout, ils se sentent investis d’une mission. Mais l’âge aidant il arrive parfois voire même souvent que dans le cadre de leurs fonctions ils n’arrivent pas à développer ce qui à leurs yeux a du sens. Dès lors ces personnes sont malheureuses dans leurs fonctions et cela peut aller jusqu’au burn-out.
Pour eux, la seule solution consiste à l’Etat comme aux collectivités à leur donner des marges de manœuvre dans leurs fonctions. C’est loin d’être gagné!
Ils n’ont pas de solution de repli car ils se sont fortement investi dans leur travail, espérant enfin que leurs propositions seront prises en compte. C’est souvent après quarante ans qu’ils prennent conscience de leur combat intérieur.
En regardant autour d’eux, ils constatent que se tourner vers le privé est une voie à laquelle ils ne peuvent plus accéder: trop vieux et trop formatés par le service public, rares sont les employeurs qui les acceptent.
Il reste néanmoins une possibilité: exercer des fonctions de direction générale… mais souvent s’ils sont prêts à défendre le projet d’une collectivité ils ne sont pas prêts à porter celle d’un élu.

Pour ceux qui ont les dents longues, la question n’est pas la même. Ils sont là pour faire leurs armes. Ils changent donc fréquemment d’employeur, de fonctions… jusqu’à ce qu’un chasseur de têtes les approche.
Bien sûr, ils doivent se tourner vers le privé bien avant quarante ans. Sinon, la seule alternative est d’accéder à des fonctions de direction générale.
Pour ces personnes, même si elles affirment le contraire, une juste rémunération à la hauteur de leurs talents est un élément fort qui porte leur ambition.
La preuve? Regardez donc les montants des dix plus hautes rémunérations au sein des collectivités locales de taille importante. Il me semble que dans la publication récente de la Gazette, aucune n’est en dessous de 800.000 € (bon, pas individuelle… ce qui fait tout de même une moyenne de plus de 80.000 € bruts, ce qui laisse entendre que certains doivent dépasser les 100.000 € annuels).

Peut-on leur donner tord? Qui refuserait d’obtenir un tel niveau de rémunération? N’oublions pas enfin que ces personnes ont des responsabilités conséquentes, prises entre les exigences des élus et les demandes de l’administration. Or, le système fonctionne… grâce à qui, à eux!

Stb54

24/10/2020 06h19

Je suis aidé soignante dans un Service de Soins Infirmiers à Domicile Public donc fonctionnaire de la fonction publique hospitalière (je m occupe de personnes âgées dependantes comme en EHPAD) dans le cadre du maintien à domicile mais je n ai pas droit a l augmentation de salaire de 183 euros promise par le gouvernement… Voilà comment l Etat remercie ses serviteurs donc fuyez !!!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement