Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Institutionnels

Rencontre Etat-Collectivités : au moins, ils se sont parlé …

Publié le 20/10/2020 • Par Cédric Néau • dans : A la une, A la Une finances, Actu experts finances, France

Jean Castex, Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin, Jacqueline Gourault et Olivier Dussopt, le 20 octobre, lors de la Rencontre Etat Collectivités
Jean Castex, Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin, Jacqueline Gourault et Olivier Dussopt, le 20 octobre, lors de la Rencontre Etat Collectivités @FrancoiseGatel
Après deux ans d'absence, une conférence nationale des territoires a de nouveau eu lieu sous le nouveau nom Rencontre Etat-collectivités. Au menu, plan de relance, sécurité, crise sanitaire et décentralisation. Mais les élus locaux sont sortis de table avec la faim au ventre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’était il y a deux ans, presque une éternité. La conférence nationale des territoires (CNT) a ressuscité, mercredi 20 octobre, sous le nouveau vocable de Rencontre Etat-Collectivités, après celle du 12 juillet 2018 boycottée par les trois principales associations d’élus (AMF, ADF et Régions de France) et qui n’avait pas remplacé dans les mémoires celle du 14 décembre 2017, restée fameuse pour avoir été le lieu des désormais célèbres (et suspendus) Contrats de Cahors.

Format nouveau, constats anciens

Le gouvernement a souhaité que cette rencontre « importante, soit plus resserrée » que le format CNT, selon la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault. « Nous voulions renouveler le format pour avoir des échanges plus horizontaux et moins descendants », complète ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Éradication du SARS-CoV-2 : le robot tueur qui décontamine l’air et les surfaces

de UV FLASH SERVICES

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rencontre Etat-Collectivités : au moins, ils se sont parlé …

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

21/10/2020 09h45

L’intitulé « rencontre Etat collectivités » est en soi-même révélateur de l’objet de la réunion!

Il ne s’agit nullement d’une réunion de travail pour traiter un dossier. Non, il s’agit d’entendre les propos de l’Etat sur les différents dossiers et pour ce dernier écouter les doléances des collectivités.
Pour des raisons que les sans dent ne peuvent pas comprendre, la gouvernance dans notre pays est un sujet dit majeur par les élus mais, le plus souvent, ils le recouvrent d’un linceul blanc pour remettre à plus tard la méthodologie.
Si cela est vrai pour les représentants de l’Etat vis-à-vis des collectivités, c’est également vrai pour les collectivités envers d’autres collectivités et envers les citoyens.

Nous ne pourrons sortir de cette ornière qu’en renouvelant les principes même de la représentation du Peuple. Ce système à deux tours permet dans un premier temps à chaque liste de contredire les propositions des autres. Puis vient le temps de la réunification nécessaire du second tour où l’on s’embrasse, se cajole… pour espérer obtenir la majorité.
Souvent, le projet est alors un équilibre instable dont les velléités sont la suite logique de cet imbroglio!

Tant que nous aurons pour image que la majorité est faite pour décider et l’opposition pour s’opposer, il en sera ainsi. Or comme disait encore il y a peu de temps une dame que j’apprécie beaucoup: « ensemble nous sommes plus fort que le meilleur d’entre nous! »
Je suis convaincu que ces propos sont exacts. D’ailleurs on voit bien dans certains cas des collectivités s’associer et mettre en en œuvre un projet que chacune d’elles seule est incapable de porter à son terme.

Ne soyons pas dupes! La période actuelle avec récemment des élections municipales et sous peu départementales, régionales et nationales ne sont pas favorables à une concertation apaisée dans l’intérêt du citoyen.
Chacun s’engage dès maintenant pour affirmer que si lui dirigeait, les choses iraient mieux. Il suffit, après coup, de revoir les engagements des différents élus et les réalités sur les territoires (y compris les Présidents de la République)! Il y a très souvent un fossé entre les propositions (engagements faits auprès du Peuple souverain) et leur application.

La crise que nous vivons depuis plus de quarante ans (depuis le premier choc pétrolier) n’est certainement pas suffisante pour que nos élus mettent de côté leurs divergences et décident de mettre en commun un projet REALISTE pour donner de l’espoir à nos enfants.
Pourtant en tant que père et grand-père j’attends cela depuis bien longtemps.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement