Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grands prédateurs

Grands prédateurs : « L’élu peut compatir, mais s’enfermer dans le pour ou contre n’est pas durable »

Publié le 22/10/2020 • Par Mathilde Elie • dans : France

Benhammou-Farid
F. B.
Selon Farid Benhammou, chercheur associé au Laboratoire Ruralités de l'Université de Poitiers, les élus locaux gagneraient à proposer des solutions concrètes aux éleveurs de leurs territoires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La cohabitation entre pastoralisme et grands prédateurs est-elle possible ?

Les opposants à l’ours et au loup veulent donner un sens négatif au terme « cohabitation ». Mais qu’on le veuille ou non, elle existe, de fait. Les animaux côtoient les activités humaines. Elevage, tourisme, chasse… le partage de l’espace est divers. La question est plutôt : comment gère-t-on cette coexistence ?

Comment jugez-vous la politique menée en France en la matière ?

Nous avons le système le plus complet et sophistiqué d’Europe. Les élus doivent s’en servir et utiliser les plaintes des éleveurs pour être pragmatiques. Un élu est là pour servir l’intérêt général. Certes, il peut compatir aux difficultés des éleveurs, mais s’enfermer dans un discours qui se résume à être pour ou contre n’est pas durable. En ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

« Rapport d’information relatif au Plan national d’actions 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage », Cyril Pellevat, 2018.

Le Plan national d’actions 2018-2023 sur le loup et le Plan d’actions ours brun 2018-2028 sont disponibles en PDF sur les sites des ministères.

Cet article fait partie du Dossier

Prédateurs et éleveurs : les maires au coeur de la mêlée

Sommaire du dossier

  1. Le pastoralisme à l’épreuve des grands prédateurs
  2. Les plantigrades jouent leur survie, les éleveurs aussi
  3. Grands prédateurs : des maires coincés entre chien et loup
  4. Grands prédateurs : « L’élu peut compatir, mais s’enfermer dans le pour ou contre n’est pas durable »
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grands prédateurs : « L’élu peut compatir, mais s’enfermer dans le pour ou contre n’est pas durable »

Votre e-mail ne sera pas publié

Observatoire du Loup

22/10/2020 11h48

Ce n’est pas quand le loup est dans la bergerie qu’il faut s’exprimer, les phénomènes de dispersion progressifs détectables -durant les quatre phases : découverte du territoire, pré-installation, installation adaptative et reproduction- doivent être anticipés largement, c’est tout à fait possible, expliquer qu’il est nécessaire d’agir quand le sauvage croque du mouton n’est pas suffisant. Il est indispensable de s’adapter progressivement à toutes les phases tout en suivant de près l’évolution des territoires mis en place par le canidé, chaque année !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement