Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grands prédateurs

Les plantigrades jouent leur survie, les éleveurs aussi

Publié le 20/10/2020 • Par Laura Fernandez Rodriguez Mathilde Elie • dans : France

Riviere-Ferrie-Laffont
Christian Bellavia
En Ariège, le dialogue entre les pro et les anti-ours est rompu. Deux visions très différentes du territoire s’affrontent dans ce débat miné, où le mot « cohabitation » est devenu difficile à prononcer.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

«Il y a des photos, on ne les a pas inventées ! » lance Alain Rivière, président du groupement pastoral de Montferrier en Ariège, éleveur de brebis tarasconnaises de sélection, de chevaux de Mérens et de vaches limousines, qui stocke toujours, à l’arrière de son 4 x 4, quelques bâches en plastique pour recouvrir d’éventuelles dépouilles. Ce jour-là, il nous emmène à la station des Monts d’Olmes, où ses animaux paissent en estive à 2 000 mètres d’altitude. Ce territoire, il y est profondément attaché. Il connaît par cœur sa faune et sa flore, qu’il consigne avec passion dans des albums photos. « Vous voyez ce rocher là-bas ? Quand Armstrong a marché sur la Lune, je surveillais les bêtes ici, le transistor à côté de l’oreille », se remémore-t-il.

Des souvenirs heureux qui tranchent avec les clichés qu’il nous présente ensuite, montrant un hématome sur la carcasse d’un animal et le récit d’une prédation dont son troupeau a été victime en septembre 2017. Ses échanges téléphoniques avec des membres de l’Office français de la biodiversité ont été constatés par huissier. « L’attaque s’est déroulée ici, à 300 mètres de la station. Il y a eu plusieurs témoins qui ont affirmé avoir vu l’ours », raconte-t-il avec émotion. En dix ans, il estime qu’une dizaine d’attaques sur ses troupeaux est attribuable au plantigrade, même si celles-ci n’ont pas toutes été reconnues par l’Etat et qu’une procédure judiciaire est toujours en cours pour la plus récente.

Guerre des chiffres

Le débat « pro ou anti-ours », « c’est l’histoire de la chèvre de Monsieur Seguin et du loup », résume-t-il. C’est aussi compliqué et aussi simple que cela. Comment concilier grand prédateur et pastoralisme ? La question paraît insoluble. Un désarroi et une incompréhension partagés par Frédéric Laffont, maire (PS) de Montferrier, qui pointe un juste milieu impossible à trouver : « On veut nous opposer à l’écologie, mais l’écologie, c’est aussi pouvoir vivre du mieux possible sur nos territoires. » « C’est nous ou les ours ! » tranchent ces éleveurs ariégeois, qui ne peuvent concevoir l’idée d’une « cohabitation ». Ils se sentent menacés par la présence de l’animal et redoutent sa prolifération.

Selon l’Etat, on dénombre 52 ours en 2019, dont une dizaine d’oursons dans les Pyrénées. Un record depuis les années 50, grâce aux programmes de réintroduction de l’espèce portés par l’Union européenne. « Nous pensons qu’ils sont au moins 80 », indique l’élu. Cette guerre des chiffres concerne aussi les attaques. Selon un bilan réalisé l’an dernier par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, il y aurait eu 1 173 dossiers d’indemnisation pour des dommages où la responsabilité de l’ours n’a pas été écartée. Une estimation revue à la baisse après intervention de l’association Pays de l’ours – Adet, pour redescendre à 562. A en croire les éleveurs, « c’est bien plus », sans qu’ils ne donnent davantage de précisions. Surtout, ils sont persuadés que les attaques sont

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les plantigrades jouent leur survie, les éleveurs aussi

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement