Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

édito [Fonction publique]

Carences managériales

Publié le 16/10/2020 • Par Romain Mazon • dans : France

Le temps, c'est de l'argent
A. Popov / Adobestock
A l’heure où nous écrivons, le gouvernement n’a toujours pas décidé la suspension du jour de carence dans la fonction publique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A l’heure où nous écrivons, le gouvernement n’a toujours pas décidé la suspension du jour de carence dans la fonction publique. Alors que les contaminations repartent en flèche et que l’exécutif restreint les activités sociales chaque semaine un peu plus, dans un plus grand nombre de villes, il reste, sur le sujet, inflexible. Chaque jour qui passe accroît l’incohérence d’une telle position. Mi-septembre, Amélie de Montchalin assurait ainsi que, si « les conditions venaient à empirer », le gouvernement ne ferait pas un « totem » du jour de carence. Il faut croire que ça n’empire pas encore assez.

Menace sur la santé publique

Le gouvernement ne cille pas non plus quand les acteurs publics locaux – élus employeurs, DRH et syndicats – réclament unanimement cette suspension. Ni même quand l’Association des DRH des grandes collectivités fait valoir, avec d’autres, que son maintien menace la santé publique, puisque « les cas Covid-19 légers et asymptomatiques, du fait de la perte salariale, peuvent être incités à venir travailler et ainsi menacer les nécessités d’isolement ». Dans le même temps, les cas contacts peuvent, eux, être placés en autorisation spéciale d’absence, sans jour de carence…

Ce à quoi s’ajoute une doctrine extrêmement restrictive quant à la reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle. En l’état, il « n’y aura quasi aucun dossier dans la fonction publique territoriale », estime Patrick Coroyer, président de l’Association nationale des DRH des territoires.

Une main de fer à ranger

La fermeté du gouvernement, dans son rôle d’Etat employeur, est d’autant plus incompréhensible qu’il ne cesse d’en appeler à l’engagement des agents publics face à la recrudescence de l’épidémie. On a vu posture managériale plus cohérente, et motivante. D’autant plus que, face à la maladie, les fonctionnaires sont loin d’être aussi bien lotis que les salariés du privé ; les discussions sur la très attendue ordonnance consacrée à la protection sociale complémentaire – santé et prévoyance – des agents publics le montrent assez. L’Etat patron serait bien inspiré de montrer aux agents publics son gant de velours, et de ranger sa main de fer au fond de sa poche.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Covid : nouveaux enjeux, nouvelles mobilités

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Carences managériales

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement