Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

RETRAITES

Les retraites des contractuels de moins en moins équitables

Publié le 05/10/2020 • Par Véronique Vigne-Lepage • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Retraite
Olivier Le Moal/ Adobestock
A chaque fois qu'une réforme vient modifier un paramètre de pilotage de l'Ircantec, le régime de retraite complémentaire de contractuels de la fonction publique, la situation des agents affiliés en est affectée. C'est ce que pointe une étude que vient de publier la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des dépôts.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les différentes réformes paramétriques qui ont concerné l’Ircantec, à commencer par celle de 2008, ont affecté l’équité et la solidarité entre générations et entre catégories d’affiliés. C’est la conclusion principale d’une étude que vient de publier la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des dépôts, qui gère ce régime de retraite complémentaire des contractuels de la fonction publique.

Son titre : « Etude d’impact de modifications paramétriques du régime de retraite complémentaire Ircantec – Une analyse sur cas types ». En effet, Marion Bulcourt, son auteure, a choisi de cibler quatre profils, les plus fréquents parmi les affiliés du régime : un praticien hospitalier à temps plein,

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Covid : comment les collectivités répondent à l’urgence sociale

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les retraites des contractuels de moins en moins équitables

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

06/10/2020 10h21

Intéressant le compte rendu de cette étude… qui ouvre des portes ouvertes!

Je suis certain que si on réalisait la même étude pour la CNRACL, on obtiendrait des résultats similaires.
De tous les régimes de retraite il me semble qu’un seul ne s’inscrit pas dans ce cadre: celui des sénateurs.

Quand on reprend les propositions des différentes lois visant les régimes de retraite, toutes vont dans le même sens: pour ne pas diminuer le montant de la retraite à la date de départ, il faut travailler beaucoup plus longtemps. Enfin comme les retraites de la fonction publique ne sont pas rattachées à la variation de l’indice, elles évoluent dans un contexte différent laissant toute latitude quant à leur revalorisation. Je sais la valeur du point est bloquée depuis pas mal d’années. Mais au moins, le cadre est fixé.

Titulaire de la fonction publique ayant fait des études supérieures, je suis entré tard dans la vie active. Lorsque je suis entré dans la fonction publique, à 62 ans ma retraite devait être de 75 % de mon dernier indice. Je vais partir à 64 ans et mon salaire sera plus proche de 55 %.
On dit que les fonctionnaires sont des privilégiés: emploi à vie, salaire confortable, retraite élevée et j’en passe.

Tout cela est faux. Mes meilleurs amis travaillent dans le privé et ils m’ont toujours demandé ce que je faisais dans cette galère. Bien sûr, ils peuvent perdre leur emploi. C’est arrivé à l’un d’eux. Mais dans cette situation, il a eu droit à un suivi avant son départ, à une prime lors de son départ plus que généreuse, tout comme son salaire, et au maintien de ses avantages (voiture, téléphone, ordinateurs…) plusieurs mois après son départ. En fait il était tellement gêné que c’est lui qui a décidé de mettre fin à cette anomalie!
C’est vrai, ce cas est exceptionnel… mais bien que rare, il existe.

Si la situation de ceux qui partent maintenant à la retraite est moins intéressante que précédemment, je suis convaincu qu’elle est encore bien meilleure que celle de ceux qui nous suivent. Mes enfants, pourtant toujours optimistes vu leurs responsabilités, disent qu’ils n’auront pas droit à la retraite et donc qu’ils doivent la faire par eux-mêmes.
Vu les propositions de la loi à venir, ils ont très certainement raison.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement