Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement numérique

Un déploiement de la 5G sous haute tension

Publié le 25/09/2020 • Par Alexandre Léchenet Laura Fernandez Rodriguez • dans : A la une, actus experts technique, France

Passage de la 4G à la 5G
A. Popov / Adobestock
Les enchères pour l’attribution des fréquences de la 5G commenceront le 29 septembre. Cette technologie devrait désaturer les réseaux mobiles et préparer la massification des objets connectés. Mais des maires s’inquiètent des conséquences sanitaires et environnementales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Aujourd’hui, environ 500 antennes permettent de tester la 5G et elles seront bientôt des milliers (voire l’infographie ci-dessous). Avec les enchères annoncées pour le 29 septembre, dont le prix de réserve est fixé à 70 millions d’euros par bloc de fréquences, l’exploitation commerciale de la 5G devrait démarrer avant la fin de l’année. Dans un premier temps, sur une bande de fréquence à 3,5 GHz, pour assurer un meilleur débit mobile et désaturer le réseau 4G, qui pourrait atteindre ses limites en 2022, selon la Fédération française des télécoms. Puis, dans deux ou trois ans, sur une bande à 26 GHz, pour « massifier » l’usage des objets connectés, avec des applications potentielles dans la logistique, la télémédecine, la mobilité et l’agriculture.

Plus de 60 élus réclament un moratoire

Mais ces enchères ne plaisent pas à tous : mi-septembre, des élus écologistes et de gauche ont réclamé, dans une tribune à 68 signataires parue dans « Le Journal du dimanche », un moratoire sur la 5G, sur des bases sanitaires comme environnementales, au moins jusqu’à l’été 2021. Une demande qui faisait partie du programme électoral de certains nouveaux maires.

Anne Vignot, maire écologiste de Besançon, dénonce une « gabegie insupportable » : « Nous avons déjà du mal à voir se déployer la 4G, arrêtons la course aveugle à la technologie ! » « La 5G va s’accompagner d’une hausse de la consommation d’énergie car l’explosion des usages est une condition nécessaire pour assurer la rentabilité de ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Covid : nouveaux enjeux, nouvelles mobilités

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un déploiement de la 5G sous haute tension

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement