Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Management

Des solutions simples pour préserver les liens entre agents

Publié le 02/10/2020 • Par Frédéric Ville • dans : Dossiers club RH, Régions, Toute l'actu RH

lien-social-ordi
Feodora / AdobeStock
Créées pendant le confinement, la page Facebook interne et la newsletter ont été utiles au sein des services de Bouguenais. Et seront probablement conservées.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Manager et travailler au temps du Covid-19

A Bouguenais, durant le confinement, le maintien du lien entre agents était primordial pour le directeur général des services et la directrice des ressources humaines.

Pour ce faire, une page Facebook interne a été créée, comptant 110 membres et contributeurs volontaires. L’objectif était d’« apporter une touche conviviale, tout en restant pro », assure le DGS, Jean-Luc Petit-Roux.

En outre, une newsletter hebdomadaire a été envoyée à tous les agents, notamment pour toucher ceux absents des locaux de la ville, sur leur messagerie professionnelle ou personnelle (1).

Moins de hiérarchie

« La newsletter relayait des messages du maire et du DGS, organisait les services pendant la crise, décrit la DRH, Nolwenn Pellen-Boudet. Sans oublier les informations sur le protocole sanitaire et les ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Régions

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Covid : nouveaux enjeux, nouvelles mobilités

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des solutions simples pour préserver les liens entre agents

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

05/10/2020 10h23

C’est étonnant, il faut une crise comme celle du COVID-19 pour se rendre compte du peu de lien existant entre les agents au sein d’une collectivité.

Mes meilleurs amis travaillent tous dans des sociétés assez importantes… et ces dernières ont trouvé des solutions pour cela depuis très longtemps. Cela passe en outre par des moments de convivialité pris en charge par la société qui invite également le conjoint et les enfants. Les anniversaires ou autres moments importants sont également pris en charge par la société autour d’un pot réunissant une équipe pouvant aller à quelques dizaines de personnes.

Bien entendu, dans ces entreprises, le tutoiement est de rigueur avec son N+1, son N+2 voire au-delà! Mais pour autant, chacun connait sa place dans l’organigramme. Il dispose de droits et de devoirs rarement mis en cause par la hiérarchie. En fait, chacun dispose d’une sphère de responsabilité qui lui est propre et dont il doit rendre acte mais rarement avec une remise en cause.
Les décisions sont souvent expliquées surtout auprès de ceux qui en subissent les conséquences.

Ne croyez pas pour autant que l’on est dans un système où la décision est collégiale. Chaque « chef » dispose ainsi d’un territoire dans lequel il est pleinement responsable de ses décisions. Bien sûr, ce n’est pas le bagne est une décision peut être contestée par un collaborateur mais il faut qu’il apporte des éléments sérieux. Dans ce cas, la décision finale reviendra au N+1 du chef concerné. Le plus souvent, elle confirmera la décision du subalterne. Si tel n’était pas le cas et que la situation était amenée à se renouveler, la position de ce dernier serait remise en cause.

L’étape suivante consiste à réunir pendant quelques jours un certain nombre de collègues pour expérimenter ensemble quelque chose d’inhabituel, un peu sur le principe du mode de survie. L’objectif étant de montrer que quelle que soit sa position hiérarchique, chacun a besoin des autres pour réussir.

Enfin, les changements de poste pour l’encadrement sont fréquents (tous les trois à cinq ans). La raison en est simple. Elle permet à chacun alors qu’il est un peu spécialiste dans son domaine, de découvrir d’autres facettes du métier, ce qui permet une remise en cause de son propre comportement.

Je me demande si beaucoup de collectivités ont mis en place ce mode de management!

J’oubliais la « cerise sur le gâteau »: chacun sait que quand il sollicitera sa retraite, il bénéficiera d’une indemnité de plusieurs mois de salaires. Je sais on dit que l’argent ne fait pas le bonheur… mais on dit également qu’il y contribue!

Sinon, comment expliquer que les cadres dirigeants même au sein des collectivités ont un salaire plus important que celui de leurs collaborateurs?
Comment expliquer pourquoi ils ne demandent pas à réduire leur salaire?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement