Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Villes moyennes

L’étau métropolitain doit être desserré

Publié le 29/09/2020 • Par Auteur associé • dans : Opinions

ville-agreable
YY apartment / AdobeStock
Le temps des métropoles est-il en train de s’effondrer et de céder la place au temps des villes moyennes ? Les crises financières, écologiques et sanitaires ont en effet révélé les impasses et l’obsolescence d’un modèle.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jean-Christophe Fromantin

Jean-Christophe Fromantin

Maire (DVD) de Neuilly-sur-Seine (60 400 hab., Hauts-de-Seine)

Le temps des métropoles est-il en train de s’effondrer et de céder la place au temps des villes moyennes ? Si plus de 80 % des Français répondent positivement à cette question, et plus particulièrement les moins de 35 ans – sans l’ombre d’une hésitation –, elle amorce pour autant une immense transformation ; aux antipodes des prévisions et des anticipations que des experts avaient exprimées comme irréfutables et à l’opposé d’arbitrages politiques davantage inspirés par le dogme de la concentration urbaine que par les richesses authentiques de notre géographie.

L’interprétation métropolitaine du monde tient à un enchaînement. Il démarre avec la révolution industrielle, s’amplifie avec la tertiarisation du travail et s’épanouit aujourd’hui dans l’économie financière, encouragée par la révolution numérique dont les perspectives de rendement battent à plate couture l’économie réelle.

Elle est aussi le fruit d’un double quiproquo : celui d’une fausse promesse sociale portée par les réseaux sociaux et l’hyperdensité urbaine et celui de la nature en ville dont on fait croire qu’elle compenserait la diversité géographique.

Obsolescence d’un modèle

Les résultats ne se sont pas fait attendre : l’économie mondiale s’est transformée en compétition financière ; les algorithmes et le déclassement ont dégradé la confiance ; les mégapoles sont devenues des îlots de chaleur. Les crises financières, écologiques et sanitaires ont révélé ces impasses et l’obsolescence d’un modèle.

Une autre cause de ce retournement tient à la confusion faite entre innovation et progrès. La fascination pour l’innovation technologique nous a éloignés de son utilité réelle. En considérant l’innovation comme une fin plutôt qu’un moyen, nous n’avons pas imaginé combien elle pourrait améliorer nos vies.

Or, caractérisée par son architecture en réseau, la technologie offre l’opportunité de « distribuer » le progrès plutôt que de le « concentrer ». L’éducation, la santé, l’information ou la culture seront progressivement accessibles partout. Une révolution géographique qui desserre l’étau métropolitain et ouvre de nouvelles perspectives pour retrouver la liberté de choisir là où nous voulons vivre.

La question se pose alors de l’échelle pertinente pour aménager le territoire, en phase avec les nouvelles envies sociétales. Avec la nécessité de combiner trois paramètres : répondre à l’aspiration de 80 % des Français de vivre dans des petites unités urbaines plus proches de la nature ; assurer partout un accès aux services publics les plus performants ; développer économiquement et équitablement nos territoires en misant sur la diversité de leurs atouts.

Lieux de vie de qualité

Les villes moyennes répondent à ces contingences, à la fois économiques, sociales et environnementales. Elles ont cette capacité à être à la fois des lieux de vie très qualitatifs, des espaces de développement, des pivots entre les territoires et les principaux hubs métropolitains.

A trois conditions : qu’elles constituent dans leur ensemble une armature pérenne, équitablement répartie sur le territoire national, qu’elles bénéficient des leviers de l’innovation, et que la détermination politique à développer cette armature soit assez forte pour convaincre les entreprises et les particuliers d’y investir.

Le sujet des villes moyennes, s’il s’énonce comme un enjeu d’aménagement du territoire, va bien plus loin. Il incarne un équilibre, un rebond économique et, surtout, pour des millions de Français, l’espérance d’une vie meilleure.

Jean-Christophe Fromantin porte, avec plus de 150 élus, entrepreneurs et experts, dix propositions pour faire des villes moyennes les moteurs de la relance (villesmoyennes.org).
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Santé : quand les collectivités reprennent la main

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’étau métropolitain doit être desserré

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement