Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bâtiment

40 propositions pour amplifier la rénovation globale des bâtiments

Publié le 22/09/2020 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, actus experts technique, France

renovation-urbaine
Zigmunds / AdobeStock
Comment accélérer le renouveau urbain et la rénovation environnementale des bâtiments ? C'est à cette question que répond le rapport remis à la ministre du logement Emmanuelle Wargon le 21 septembre, par le président du Plan bâtiment durable Philippe Pelletier et Franck Hovorka, président de la Rics. Décryptage.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La rénovation énergétique des bâtiments constitue l’un des grands axes du plan de relance, avec 7,5 milliards fléchés. Mais les financements ne seront pas suffisants pour accélérer le renouveau urbain du parc de logements. Philippe Pelletier, président du Plan bâtiment durable, et Franck Hovorka, président de la Rics, ont présenté le 21 septembre le rapport qui leur avait été commandé sur le sujet le 23 juin dernier par Julien Denormandie, qui était alors ministre du Logement.

Un rapport d’étape avait été remis fin juillet pour nourrir les propositions du plan de relance, et la version achevée, intitulée « Renouveau urbain et Rénovation environnementale des bâtiments : amplifier et accélérer » se divise en quatre parties. Le sujet dépasse désormais la ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Santé : quand les collectivités reprennent la main

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

40 propositions pour amplifier la rénovation globale des bâtiments

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

23/09/2020 10h05

La question posée m’a depuis toujours intéressé!

En 1988 j’ai construit ma maison qui consomme depuis cette date environ 70 KW/H/m2 (calcul à partir de la facture énergétique) sans adjonction d’isolation depuis cette date, avec une température identique jour et nuit (entre 21°C et 22°C) et une hauteur sous plafond moyenne d’un peu plus de 3,5 m.

Déjà à l’époque, il était possible de construire une maison consommant pas trop d’énergie. Mais depuis beaucoup de choses ont changé.
Aussi bien au niveau de l’Etat que des collectivités locales, les biens immobiliers sont devenus des vaches à lait:
– les taxes foncières ont progressé sans aucune mesure avec l’évolution des loyers et les revenus de la population (sauf pour certaines zones très tendues),
– les taxes dites notariales ont connu la même évolution,
– les frais de gestion par un syndic ont suivi le même chemin,
– les impôts et taxes fixés par l’Etat ont crû dans des proportions encore plus importantes,
– les aides de l’Etat mises en place pour la rénovation n’ont qu’un seul intérêt: permettre aux entreprises d’augmenter leurs tarifs (nécessaires pour maintenir les marges avec des charges croissantes)…

Il est donc beaucoup plus onéreux aujourd’hui de réaliser des travaux pour prendre en compte les questions d’énergie et d’environnement. Certaines études vont même jusqu’à affirmer que les travaux de rénovation énergétique ne sont jamais rentables (retour sur investissement souvent supérieur à trente ans). Je possède un appartement dans un ensemble immobilier construit au début des années 1960. L’étude thermique (pour réduire d’environ 30% les consommations d’énergie – on est donc en C, proche du D) montre que pour certains travaux il faudra trente ans pour les financer et pour d’autres cinquante ans.

La question n’est donc pas de mettre en place de nouvelles aides fiscales. J’ai déjà dit quelle sera leur devenir!
Je suis convaincu qu’il faut revoir notre fiscalité qui très largement s’appuie sur la taxation des biens immobiliers. Or la richesse ce n’est plus de posséder un bien immobilier. On le voit avec le déplacement dans des délais plus que courts de fortunes à travers le monde.

J’ai eu l’occasion à maintes reprises de faire des propositions en ce sens. Mais elles ne sont pas (encore) dans l’air du temps. Mais n’ayez crainte, quand les propriétaires de biens immobiliers ne seront plus en mesure d’assurer leurs obligations financières et surtout fiscales, au pied du mur, il faudra bien changer le système.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement