Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Bercy

Trésor public : l’arrivée de 2500 agents vers les villes petites et moyennes se précise

Publié le 17/09/2020 • Par Romain Gaspar • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

AdobeStock_168172984
D.R.
Après l'annonce en janvier dernier des 50 communes retenues par Bercy pour accueillir 2500 agents du Trésor Public, les modalités se précisent. Une note de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) daté du 3 septembre 2020 présente les détails du projet de « démétropolisation » lancé en 2019 par Gérald Darmanin. Décryptage.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La direction générale des Finances publiques (DGFiP) lève le voile, dans une note d’un de ses groupes de travail datant du 3 septembre 2020, sur les modalités de son projet de « démétropolisation ». Dans le jargon du Trésor public, ce terme désigne le projet de délocalisation en dehors des grandes métropoles d’une partie des 100.000 agents de la DGFiP lancé en 2019 par Gérald Darmanin lorsqu’il était ministre de l’Action et des comptes publics. Le processus vise « à rééquilibrer l’implantation des services de la DGFiP par la relocalisation de services des grandes métropoles vers les territoires (villes moyennes et petites villes) », explique la note.

2500 agents de la DGFiP dans les villes petites et ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Santé : quand les collectivités reprennent la main

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Trésor public : l’arrivée de 2500 agents vers les villes petites et moyennes se précise

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

18/09/2020 09h56

La solution mise en place est très certainement pertinente. Mais si les procédures et « l’éducation » des agents n’évolue pas… la population ne verra pas la différence.

Il se trouve qu’à titre privé je loue des biens immobiliers et après l’avoir fait pendant plus de quarante ans, je peux vous assurer que c’est de plus en plus la galère!
Toujours plus de papiers à remplir (maintenant sur internet pour la plupart – mais toujours sans simplification). Toujours des informations à donner avec un document spécifique, informations déjà données par ailleurs avec un autre imprimé. Et cerise sur le gâteau, dès que l’on a compris comment il faut remplir un formulaire (ou que l’on a réussi à l’informatiser) patatras, ce formulaire est modifié… et il faut tout reprendre à zéro.

Pour faire simple, la simplification des mesures administratives dans ce domaine est loin d’avoir commencé.

Je parlais aussi « d’éducation » du personnel. Il se trouve que parmi mes amis, l’une est inspecteur dans cette illustre administration. Chaque fois que j’ai tenté d’aborder les sujets que je viens d’évoquer, la réponse a été cinglante et nous avons à chaque fois été proches de la rupture.

J’ai également eu l’occasion de me rapprocher des dits services pour mieux connaître mes droits. A chaque fois, sans exception, le regard des agents à mon encontre ne laissait subsister aucun doute et ce n’est que par rappel à la loi que j’ai obtenu les informations sollicitées toujours de manière verbale, donc sans engagement de cette administration.
J’ai eu aussi l’occasion de dire que je ne comprenais pas les raisons pour lesquelles j’étais sollicité de nouveau pour donner une information sur un nouvel imprimé. La réponse a été stupéfiante: notre service n’est pas destinataire de l’imprimé que vous indiquez!

Juste pour le fun… Avez-vous remarqué que toutes les portes des bureaux donnant sur un couloir sont fermées? Ce qui ne laisse aucun doute sur le cloisonnement entre les services, voire entre agents, peut-être même des suspicions qui sait?
Il me semble qu’en vertu des obligations faites aux agents des services publics, ces principes sont d’un autre temps. Pour les faire évoluer il faudra très certainement beaucoup de temps car « l’éducation » des agents se poursuit en ce sens et elle est bien faite!

Si sur les principes les mesures qui vont se mettre en place ont du sens, le chemin est encore long pour aboutir et atteindre l’objectif: permettre à chaque citoyen de solliciter ses droits avec une paperasse moins prégnante et souvent inutile.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement