Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Portrait]

Frédéric Raynouard, le « chef de terre » des bords du Rhône

Publié le 25/09/2020 • Par Véronique Vigne-Lepage • dans : France, Régions

Frédéric Raynouard
E. Soudan/Alpaca/Andia
Alors que viennent d'avoir lieu à Paris, les 21 et 22 septembre 2020, les 11es Rencontres de l’action internationale des collectivités, le parcours de Frédéric Raynouard, chargé de mission "politique de la ville" à la métropole de Lyon, montre tout l’intérêt d’une expérience hors de France : ses trois ans au Burkina Faso l’ont bouleversé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un DESS d’urbanisme et un premier poste en collectivité, consacré à l’adaptation de la ville au vieillissement : la carrière d’agent territorial de Frédéric Raynouard aurait pu se poursuivre sur ce boulevard. Seulement voilà, « si un chemin de traverse se présente, je m’y engage en courant », commente cet adepte du voyage avec sac à dos. Deux ans après ses débuts, il bifurque en 1991 vers les banlieues, amorçant un parcours marqué par le « pas de côté ».

D’abord, celui du « militantisme professionnel » de la naissance de la politique de la ville, qu’il découvre en tant que chargé de développement social urbain aux « 3 000 », autre nom de La Rose des vents, une grande cité d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Puis, déménageant dans l’agglo lyonnaise avec femme et enfant, il pousse cet « engagement citoyen et professionnel » jusqu’à choisir d’habiter là où il est nommé chef de projet « contrat de ville », à Saint-Fons.

« Entre les cultures, ce n’est qu’une question d’écart »

Et peu importe que son budget ne soit que de 7 000 francs : « L’absence de moyens est un moyen, disait Thomas Sankara, car elle pousse à chercher le sens de l’action ». S’il cite volontiers l’ancien dirigeant du Burkina Faso (Thomas Sankara a été président de 1983 à 1987), c’est parce que ce pays devient, en 2007, le théâtre d’un autre tournant, fondateur, de sa carrière. Il est alors directeur adjoint, pour le Grand Lyon, du ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Frédéric Raynouard, le « chef de terre » des bords du Rhône

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement