Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections municipales

Les villes moyennes préfèrent le bleu au vert

Publié le 01/09/2020 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Gil Averous
Twitter Gil Averous
Dans une note pour la Fondation Jean Jaurès, le géographe Achille Warnant souligne la reconduction des maires de droite dans la plupart des localités de la France périphérique. Des communes où EELV fait chou blanc.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pas de grand chambardement dans les villes moyennes. Tel est le diagnostic du géographe Achille Warnant dans une note pour la Fondation Jean Jaurès à l’issue des municipales. Au terme du scrutin de mars juin 2020, seules 13 des 141 communes de plus de 15 000 habitants situées dans une aire urbaine de 15 000 à 100 000 habitants connaissent une alternance, recense le chercheur. Parmi les rares basculements, figure Arles où le Divers Centre Patrick de Carolis, anciennement patron de France Télévision, a arraché la cité au PCF au second tour.

Mais dans plus de la majorité des cas (71 sur 141), les maires sortants ont été reconduits dès le premier tour. La palme revient au divers gauche Samuel Hazard à Verdun (86 %). Le premier magistrat d’extrême droite de Béziers, Robert Ménard, a ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les villes moyennes préfèrent le bleu au vert

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

02/09/2020 09h41

Je me demande si le phénomène que l’on constate pour les élections communales ne sont pas en fait une évolution de fond.

J’habite une commune qui pendant plus de cinquante ans était dirigée par un élu communiste auquel les socialistes ont porté leurs voix dans un premier temps, avant de se présenter contre ce dernier et de prendre la majorité. Puis un ancien socialiste s’est présenté contre le maire socialiste et l’a déchu de son titre. Pendant deux mandats, il a continué une politique que l’on qualifie de gauche, en augmentant essentiellement les taxes foncières (première commune de France avec le taux le plus élevé pour sa strate) sans pratiquement toucher à la taxe d’habitation. On se demande pourquoi? J’oubliais, il y a environ 25% de logements sociaux sur cette commune.

Aux dernières élections, son poulain qui envisageait une politique encore plus favorable aux plus démunis (avec le soutien du parti socialiste du bout des lèvres) s’est vu remplacé par une nouvelle majorité de centre droit.

Je suis donc convaincu que dans les collectivités de taille moyenne, la tendance est de déplacer la majorité vers ce que l’on appelle la droite. Pour autant, la préfecture qui jouxte ma commune vient elle, de passer de LR au parti socialiste avec l’aide d’EELV.
Par contre, il est logique que la tendance écologique se développe dans les grandes agglomérations où la nature est toujours repoussée un peu plus loin dans la banlieue. Mais attention, la population veut plus de sécurité et ce que l’on vient d’observer à Grenoble (vente de drogue avec des personnes en armes) pourrait un jour bouleverser cette tendance.

En un mot, rien n’est acquis. La seule certitude c’est que les élus sont de plus en plus jugés sur leurs actes et leur capacité à mener la politique pour laquelle le corps électoral leur a accordé ses faveurs.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement