Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Petite enfance

Comment les crèches se sont adaptées au Covid-19

Publié le 05/09/2020 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert santé social, France, Innovations et Territoires

Santiago Nunez / Adobestock
Les contraintes du protocole sanitaire des modes d’accueil du jeune enfant auraient pu compromettre la sécurité affective des tout-petits. Des équipes de professionnels mixtes, de formations sanitaires et socioéducatives, ont permis de préserver un juste équilibre au sein des établissements.Les agents ont su s’adapter pour enrichir le lien avec les familles, tout en préservant les enfants de l’anxiété sanitaire, aidés par les faibles effectifs d’enfants accueillis.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis le 17 mars et la crise du Covid-19, le fonctionnement des établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE) a été profondément bouleversé. Après une période de sidération, beaucoup de professionnels de la petite enfance ont tout d’abord cherché à maintenir le lien avec les familles.

A Angoulême (41 800 hab., Charente), « chaque agent a appelé quatre ou cinq familles, puis a gardé cette proximité durant tout le temps du confinement pour que les parents ne se sentent pas abandonnés », témoigne Carole Bodet, cheffe du service des temps de l’enfant. « Le risque zéro n’existe pas et, face à l’isolement, il peut y avoir des parents excédés. Proposer des temps d’écoute est un moyen de prévenir les situations à risque », explique-t-elle. A Courcouronnes (13 400 hab., Essonne), l’appel des parents a été préparé avec une psychologue. « Ma crainte était qu’une famille craque au téléphone. Il fallait centrer la conversation sur l’enfant », insiste Nathalie Encinas, directrice adjointe chargée ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment les crèches se sont adaptées au Covid-19

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement