Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Stationnement

Lecture automatique des plaques d’immatriculation : la CNIL épingle plusieurs communes

Publié le 26/08/2020 • Par Gabriel Zignani • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu juridique, Actu prévention sécurité, France

stationnement2
Afmm
Dans un avis du 25 août, la Cnil rappelle à l'ordre quatre communes qui utilisent à mauvais escient la lecture automatisée des plaques d’immatriculation (LAPI).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La Cnil rappelle dans un avis mis en ligne le 25 août qu’il est interdit pour les communes d’utiliser la lecture automatisée des plaques d’immatriculation (LAPI) – un dispositif de verbalisation automatisée reposant sur la photographie du véhicule et de sa plaque d’immatriculation grâce à des caméras disposées sur des véhicules de police municipale – en dehors du cadre du contrôle du forfait de post-stationnement (qui remplace l’amende en cas de stationnement non payé).

Une publication qui fait suite à une campagne de contrôles sur le terrain, durant laquelle la commission « a pu constater qu’un nombre croissant de collectivités souhaitait automatiser le processus de verbalisation des infractions qu’elles sont autorisées à constater sur le territoire de leur commune (par exemple les règles relatives au stationnement gênant des véhicules sur la voie publique). » Et pour ce faire, ces communes utilisent ces dispositifs de type LAPI.

Mais la Cnil le signifie une nouvelle fois noir sur blanc : « la collecte et le traitement de photographies des véhicules, notamment en vue rapprochée de la plaque d’immatriculation, pour l’exercice du pouvoir de police par les communes (en lien avec la tranquillité publique ou la salubrité publique) ne sont pas autorisés en l’état actuel de la réglementation (qui repose sur un arrêté du 14 avril 2009, ndlr). »

Tant que cet arrêté n’aura pas été modifié, les communes ne sont donc pas autorisées à utiliser de dispositifs de type LAPI pour rechercher ou constater des infractions pénales. C’est pourtant ce qu’ont fait quatre d’entre elles selon le gendarme de la protection des données. Ces quatre communes ont été mises en demeure par la Cnil.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lecture automatique des plaques d’immatriculation : la CNIL épingle plusieurs communes

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

27/08/2020 09h10

Intéressant cet article… encore plus s’il évoquait la légalité et ses conséquences sur la validité de « l’amende ».

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement