logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/69215/les-professionnels-deplorent-un-nouveau-desengagement-de-l%e2%80%99etat-et-appellent-a-%c2%ab-prendre-l%e2%80%99initiative-%c2%bb/

POLITIQUE DE LA VILLE
Les professionnels déplorent un nouveau désengagement de l’Etat et appellent à « prendre l’initiative »
Hervé Jouanneau | France | Publié le 29/06/2011

En plein renouvellement des contrats urbains de cohésion sociale, l’Inter-réseau du développement social urbain » s'est élevé, le 23 juin, contre le désengagement croissant de l’Etat. L'IRDSU invite les acteurs locaux « à construire autrement l’avenir des quartiers les plus fragiles ».

Après avoir subi en début d’année une baisse drastique des crédits, les professionnels de la politique de la ville s’inquiètent désormais du désengagement croissant de l’Etat dans le co pilotage des projets locaux. Dans un communiqué du 23 juin, l’Inter-réseau du développement social urbain (IRDSU) dresse un constat alarmant [1] de la situation.

« La plupart des acteurs locaux sont aujourd’hui confrontés à la dégradation de la situation socio‐économique des quartiers. Et dans le même temps, l’Etat joue de moins en moins son rôle de garant de la cohésion sociale. Il investit ses moyens dans des appels à projet nationaux sans lien entre eux et sans se soucier des particularités locales. Il se désengage de son rôle de copilote des projets locaux ».

Cucs : les avenants en attente – L’inquiétude est d’autant plus forte que les 500 contrats urbains de cohésion sociale (Cucs) doivent, comme le prévoit une circulaire du 8 novembre 2010 [2], faire l’objet d’un avenant avant le 31 décembre 2011 pour « mettre à jour le diagnostic, les objectifs et les engagements des partenaires ».

Or, précise l’IRDSU, « faute d’impulsion ministérielle claire – ni même de circulaire de cadrage – très peu de véritables avenants ont été signés. Dans la plupart des villes, ce sont des avenants administratifs de simple reconduction qui ont été signés. Quand ils ont été signés… ».

« Manque d’ambition de l’Etat » – Dans ce contexte, l’IRDSU prend « acte du manque d’ambition de l’Etat » et appelle « les acteurs locaux à prendre l’initiative et à faire d’un contexte qui a mis en évidence les fragilités de beaucoup de territoires, l’occasion de construire autrement l’avenir des quartiers les plus fragiles ».

Saluant au passage la capacité de certains professionnels à se donner « les moyens de réagir » en s’appuyant sur une « vraie ingénierie », l’Inter-réseau propose à tous les professionnels « de travailler ensemble pour organiser à l’automne 2011 des Assises de la politique de la ville ».

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN