logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/691907/maillot-jaune-pour-la-ruralite/

[ÉDITO] TERRITOIRES
Maillot jaune pour la ruralité
Delphine Gerbeau | France | Publié le 21/08/2020 | Mis à jour le 18/08/2020

Le nouvel intérêt estival pour des territoires moins denses que les stations des littoraux méditerranéen et atlantique est-il une première marche vers la fin de la métropolisation, vers un regain d’intérêt pour les petites villes, prédit par certains depuis quelques semaines ?

maillot-jauneLe 29 août sera donné le départ du Tour de France, l’un des rares grands événements estivaux qui aura réussi à survivre à la crise du Covid-19.

Un monument sacré, auquel Jean-Luc Bœuf, directeur général des services de la Drôme, qui fait l’objet du portrait dans « La Gazette » du 24 août, a consacré il y a quelques années un ouvrage passionné.

Mais le tour est aussi un trait d’union entre la France des villes et celle des champs, une fenêtre sur la diversité des territoires, que les Français semblent avoir redécouverte cet été, investissant des départements tels que la Lozère, la Creuse, la Haute-Vienne et la Moselle, dont les attraits réels et variés étaient jusqu’alors méconnus de la masse des vacanciers.

La fin de la métropolisation ?

Ce nouvel intérêt estival pour des territoires moins denses que les stations des littoraux méditerranéen et atlantique est-il une première marche vers la fin de la métropolisation, vers un regain d’intérêt pour les petites villes, prédit par certains depuis quelques semaines ? Pour sa part, l’économiste Laurent Davezies ne croit pas à une redistribution durable des cartes en matière d’aménagement du territoire.

Pourtant, un signal fort a été lancé par le président de la République au cœur de l’été avec la nomination, le 26 juillet, d’un secrétaire d’Etat à la ruralité, Joël Giraud, placé auprès de la ministre de la Cohésion des territoires. Une nomination qui était réclamée depuis longtemps par l’Association des maires ruraux de France. Joël Giraud suivra notamment la politique de lutte contre les inégalités territoriales.

Dans la roue des français

Car, plutôt que d’opposer les métropoles et le reste du pays, l’heure n’est-elle pas au rééquilibrage des politiques publiques, annoncé de longue date, mais dont on peine à voir la couleur, que ce soit en direction des territoires ruraux ou des quartiers prioritaires de la politique de la ville ?

Le gouvernement va-t-il se mettre dans la roue d’une partie des Français, qui ont l’air de souhaiter se tourner vers des territoires moins denses et plus humains ?

POUR ALLER PLUS LOIN