Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Réforme de la fonction publique

La chasse aux « fonctionnaires fantômes » a débuté

Publié le 11/08/2020 • Par Claire Boulland • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, actus experts technique, France, Toute l'actu RH

©Andrey Popov - stock.adobe.com
Les cas de fonctionnaires ne travaillant plus depuis des dizaines d'années et toujours rémunérés malgré cela sont rares, mais reviennent chers aux collectivités. La loi de transformation de la fonction publique a mis fin à ces situations kafkaïennes et les licenciements débutent.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Absents des effectifs, ils continuent de percevoir des indemnités de leurs collectivités. On dit d’eux que ce sont des « fonctionnaires fantômes ». Dans l’attente de trouver un autre poste, ils sont pris en charge par les centres de gestion et le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT)…Depuis de longues, parfois très longues années. Des situations, défrayant régulièrement la chronique, qui passent mal auprès du personnel, mais aussi des usagers. L’Est éclair et Capital s’en sont récemment fait l’écho.

La loi de transformation de la fonction publique y met fin.  La prise en charge des agents relevant depuis plus de dix ans du CNFPT ou du centre de gestion à la date de sa publication devait cesser dans un délai ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La chasse aux « fonctionnaires fantômes » a débuté

Votre e-mail ne sera pas publié

ENIROC

12/08/2020 11h18

Bonjour, on est pas toujours fonctionnaire privé d’emploi par plaisir ; j’ai eu une belle carrière après des études supérieures que j’ai poursuivies en travaillant et des postes à responsabilités sans 35 h ni RTT, y compris en détachement dans la FPE ; arrivé DGS d’une plus grande commune pour passer attaché principal (avant les réformes comme j’ai de la chance !) suivi de l’élection d’un maire d’une autre couleur où la seule question a été « quand partez vous » suivie de coups bas et dégradants au jour le jour pendant 6 mois ; j’ai recherché un poste (200 candidatures par an) pas seulement de DGS puisque j’avais des technicités particulières MAIS 1/on vous soupçonne de ne pas être bon 2/un DGS ne recrute pas un ex pour un poste de n°2 3/vous êtes une femme de + 50ans et on regarde votre physique de façon dégradante alors que je suis dans les normes et pomponnée 4/on trouve que vous avez trop de caractère mais pour être DGS n’en faut-il pas un peu et surtout du charisme 5/les entretiens sont souvent à la limite de la bienséance avec 15 personnes qui vous bombardent de questions en même temps.. (avec des « ça vous fait quoi d’être au chômage » ou des tests mini concours pendant 1 h) ; MAIS j’ai rencontré quand même de rares personnes correctes et professionnelles ! après 7 ans dans ces conditions et avoir résisté car je sais qui je suis ! et heureusement que je n’étais pas rester 20 ans au même poste dans un cocon ! bref ce n’est pas un choix !! et quand je n’y croyais plus j’ai retrouvé un poste placé en n°3 mais aussi pour remettre de l’ordre professionnellement dans un service qui ne fonctionnait pas ! après y avoir fait mon travail et de lourdes missions, maintenant on attend difficilement que je parte en retraite ; je m’abstiendrai de trop de commentaires sur le rôle du CNFPT et du CIG qui ne nous aident pas, nous enfoncent plutôt, attendent notre analyse du marché de l’emploi, ne préparent pas les entretiens que à la limite j’animais !. et refusent toutes formations qui nous permettraient de garder la tête au-dessus de l’eau et de rester sociable. Bien cordialement.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement