Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Covid-19

La Mayenne vulnérable face à l’épidémie, son président s’agace

Publié le 04/08/2020 • Par Alexandre Léchenet • dans : France

carte_vulnerabilite_31072020
D.R.
Olivier Richefou, président du conseil départemental de la Mayenne, multiplie les interventions dans les médias alors que la Mayenne est le seul département à être signalé comme ayant une vulnérabilité « élevée » face à l'épidémie de Covid-19 en métropole. Six département ont un niveau de vulnérabilité « modérée »

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Olivier Richefou est en colère. Le patron de la Mayenne n’apprécie pas la mauvaise publicité faite à son département à la suite de la reprise de la pandémie dans son territoire. Le ministère des affaires étrangères belge a même interdit les voyages vers le département de la Mayenne.

L’incidence au delà du seuil d’alerte

Le taux d’incidence hebdomadaire dans le département, c’est à dire le nombre de personnes testées positives au coronavirus en fonction de la population, a dépassé le seuil d’alerte depuis la mi-juillet, mais est en train de décroître.

Dans une note d’explication publiée fin juillet, Pierre Blaise, directeur scientifique de l’ARS des Pays-de-la-Loire, explique que l’augmentation du taux d’incidence peut-être lié à deux phénomènes : soit une augmentation du nombre de cas dans le département, et donc une progression de l’épidémie, soit une augmentation du nombre de tests pratiqués, donc une détection plus large de nombreux cas autrement asymptomatiques.

« Si le taux de positivité baisse avec l’intensification du dépistage alors cela signifie que l’augmentation du taux d’incidence s’explique par le dépistage plus intensif. Le taux de positivité reflète alors l’intensité de la circulation du virus dans la population désormais testée, plus large. A contrario, si le taux de positivité continue d’augmenter, avec l’intensification du dépistage, alors cela signifie que l’augmentation du taux d’incidence s’explique par une circulation plus intense du virus au sein de la population testée. »

Le taux de positivité est le nombre de tests positifs en fonction du nombre de tests réalisés dans le territoire.

«En élargissant la taille du filet, on ne constate pas de dilution, mais plutôt une mesure plus réelle de la circulation du virus dans la population. Autrement dit le virus ne ralentit pas sa circulation», prévenait il y a quelques jours le directeur scientifique de l’ARS.

« Problème de thermomètre »

Mais Olivier Richefou ne décolère pas. Selon lui, la stigmatisation de son département est dûe un « problème de thermomètre ». En effet, comme les chiffres de l’incidence et de la positivité sont sensibles à l’importance des campagnes de dépistage et que les stratégies de dépistage varient d’un département à l’autre, il est difficile de comparer les territoires entre eux.

Cependant, la situation en Mayenne reste plus sévère qu’ailleurs selon Santé Publique France. Le département était le 31 juillet le seul département de France métropolitaine (avec Mayotte et la Guyane) à avoir une vulnérabilité élevée. Six départements avaient un niveau de vulnérabilité modéré : le Nord, le Val-d’Oise, la Haute-Garonne, la Haute-Savoie, la Gironde et l’Ille-et-Vilaine.

carte_vulnerabilite_31072020

Ces classifications se font non seulement en fonction des taux d’incidence et de positivité, mais également en fonction d’autres indicateurs, tels que les passages aux urgences ou le nombre de clusters dans le département. Le niveau de vulnérabilité « traduit la circulation virale et l’impact sur la santé de la population du département contribuant ainsi aux mesures utiles de gestion », note Santé Publique France.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Mayenne vulnérable face à l’épidémie, son président s’agace

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement