logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/69016/la-dordogne-assure-la-perennite-du-site-du-grand-roc-dans-la-vallee-de-la-vezere/

TOURISME
La Dordogne assure la pérennité du site du Grand Roc dans la Vallée de la Vézère
Christiane Wanaverbecq | Régions | Publié le 27/06/2011

Le conseil général a abandonné jeudi 23 juin 2011 la procédure d'expropriation des propriétaires d'un site classé au patrimoine de l'Unesco et privilégie une solution à l'amiable.

Plutôt que d’exproprier les propriétaires de la partie haute du site de la grotte du Grand Roc, situé sur les communes de Manaurie et des Eyzies-de-Tayac dans la vallée de la Vézère (Dordogne), le conseil général de la Dordogne a privilégié la négociation.

Lors de la session de vote de la décision modificative n°1, les conseillers généraux de Dordogne ont adopté jeudi 23 juin 2011 à l’unanimité la proposition de l’exécutif.
Il s’agit de signer avec l’indivision Plassard un bail emphytéotique de 18 ans pour la location de la grotte, « moyennant une redevance annuelle égale à 9 % du chiffre d’affaires hors taxes, généré par l’exploitation du site ».
En échange, il sera géré par la SEM départementale touristique Semitour.

Acquisition du fonds de commerce – En parallèle, les élus ont voté l’acquisition du fonds de commerce de la SARL du Grand Roc pour un coût estimé à 270 000 euros. Créée par la famille Moltoni, propriétaire en propre de la partie de falaise constituant l’entrée de la grotte, la société avait, par convention de location-gérance, loué en 2008 son fonds de commerce à la Semitour.

La mésentente entre les deux familles, liées par un bail emphytéotique de 99 ans qui prenait fin en avril 2013, a conduit le conseil général à proposer en octobre dernier à la préfète du département le lancement d’une enquête publique en vue d’une expropriation.

« La commission d’enquête a émis un avis favorable mais a recommandé la recherche d’une solution de compromis. Ce que nous avons privilégié. Sinon, l’affaire serait montée jusqu’en cassation », a expliqué le président (PS) du conseil général Bernard Cazeau lors d’une conférence de presse mercredi 22 juin.

Pour l’élu, la préservation et la pérennité du site classé au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco, composé du gisement préhistorique de Laugerie Basse et de la grotte à concrétions du Grand Roc, était en jeu.