Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Les régies municipales peuvent-elles prendre des participations dans une société commerciale étrangère ?

Publié le 24/07/2020 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de l’action et des comptes publics : Les régies dotées de la personnalité morale et de l’autonomie financière chargées de la gestion d’un service public à caractère industriel et commercial, tel que le transport d’énergie électrique, sont soumises, en application de l’article L. 1412-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT), aux dispositions du chapitre 1er du titre II du livre II de la deuxième partie du code (articles L. 2221-1 et suivants) et par voie de conséquence aux mesures réglementaires d’application desdites dispositions (articles R. 2221-1 et suivants).

Ainsi, par renvoi de l’article R. 2221-42 du CGCT, ces régies sont soumises aux dispositions de l’article L. 2253-1, qui posent un principe d’interdiction de participation des communes au capital d’une société commerciale et de tout autre organisme à but lucratif, sauf autorisation prévue par décret en Conseil d’Etat. Toutefois, il existe des textes législatifs spécifiques qui prévoient certaines dérogations.

C’est ainsi le cas de l’article L. 334-2 du code de l’énergie. Dans le cadre de l’ouverture du marché à la concurrence, son premier alinéa permet aux entreprises locales de distribution (ELD) de participer au capital de sociétés commerciales afin de fournir de l’électricité ou du gaz à des clients situés en-dehors de leur zone de desserte : « Les entreprises locales de distribution, lorsqu’elles sont dotées de la personnalité morale et de l’autonomie financière, peuvent créer une société commerciale ou entrer dans le capital d’une société commerciale existante, à la condition d’y localiser les activités de fourniture d’électricité ou de gaz à des clients situés en dehors de leur zone de desserte qui ont exercé leur droit prévu à l’article L. 331-1 et de lui transférer leurs contrats de fourniture passés avec ces clients. »

L’article 110 de la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV) est par ailleurs venu compléter l’article L. 334-2 du code de l’énergie d’un troisième et dernier alinéa ainsi rédigé : « Les régies dotées de la personnalité morale et de l’autonomie financière peuvent créer une ou des sociétés commerciales ou entrer dans le capital d’une ou de sociétés commerciales existantes dont l’objet social consiste à produire de l’électricité ou du gaz. Les installations de production d’électricité ou de gaz de cette ou de ces sociétés commerciales peuvent être situées sur le territoire des régies mentionnées à la première phrase du présent alinéa ou en dehors de ce territoire. »

Si cet article du code de l’énergie autorise la prise de participation d’une régie personnalisée dans une société commerciale de production d’électricité ou de gaz en-dehors de son territoire, il ne précise pas si ce périmètre est limité au territoire national. Il ne ressort toutefois pas des débats parlementaires que le législateur ait entendu autoriser les régies à prendre des participations au capital de sociétés dont les installations se trouveraient au-delà du territoire national.

La prise de participation d’une régie personnalisée au capital d’une société étrangère n’apparaît pas possible. En effet, la participation des collectivités territoriales et de leurs groupements au capital d’un organisme d’une personne morale de droit étranger est strictement encadrée par l’article L. 1115-4 du CGCT : participation d’une autre collectivité européenne, autorisation par arrêté préfectoral, signature d’une convention, limitation de la participation à 50 % du capital, etc. Cet article vise uniquement les collectivités territoriales et leurs groupements et ne s’applique pas expressément aux régies personnalisées.

En l’absence d’une telle disposition expresse, les régies municipales ne sont donc pas autorisées à prendre des participations dans une société commerciale étrangère. Elles disposent néanmoins de diverses possibilités pour conforter leur modèle économique : outre les prises de participation au capital de sociétés commerciales prévues à l’article L. 334-2 du code de l’énergie, elles peuvent se regrouper au sein de groupements d’intérêt économique ou fusionner entre elles en application de l’article L. 111-55 du code de l’énergie.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les régies municipales peuvent-elles prendre des participations dans une société commerciale étrangère ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement