Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • « Les élus n’ont souvent pas d’autre choix que de signer un arrêté pour des soins sous contrainte » – Laurent El Ghozi

Santé mentale

« Les élus n’ont souvent pas d’autre choix que de signer un arrêté pour des soins sous contrainte » – Laurent El Ghozi

Publié le 16/07/2020 • Par Isabelle Verbaere • dans : France

El-Ghozi-Laurent
G. Lefrancq / Andia
Certaines hospitalisations sans consentement en psychiatrie pourraient être évitées. Les maires, dans le cadre des conseils locaux de santé mentale, ont un rôle à jouer, rappelle Laurent El Ghozi, président de l'association Elus, santé publique et territoires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En 2016, 342 000 personnes ont été hospitalisées en psychiatrie, dont un quart sans consentement. La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, constate, dans un rapport publié le 17 juin, que ces enfermements, loin d’être toujours justifiés par l’état clinique des patients, constituent des atteintes à leurs droits.

Or ces mesures sont souvent signées par les maires. Adeline Hazan les interpelle « afin qu’il fasse prévaloir l’inclusion sociale sur la préoccupation de l’ordre public ».

Il existe un outil pour y parvenir, le conseil local de santé mentale (CLSM), comme le souligne Laurent El Ghozi, président de l’association Elus, santé publique et territoires, et ancien conseiller municipal de Nanterre, dans les ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Les élus n’ont souvent pas d’autre choix que de signer un arrêté pour des soins sous contrainte » – Laurent El Ghozi

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement