Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Stratégie numérique

De la nécessaire refondation des directions informatiques

Publié le 10/07/2020 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

transformation-digitale-une
Olivier Le Moal - Adobe Stock
Toutes les nouvelles démarches de transition numérique des collectivités devront passer par une refondation complète des moyens de ces politiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Roch Giraud

entrepreneur d’intérêt général

Transparence, gouvernance partagée, participation citoyenne, attractivité économique, lutte contre la fracture numérique et l’illectronisme, enseignement du code informatique, ouverture des données publiques… Les sujets et les débats ne manquent pas pour alimenter les nouvelles politiques publiques des collectivités en matière de numérique et d’informatique. Pourtant, nous risquons paradoxalement de passer à côté de l’essentiel : ce qui rend possible la mise en place et le succès de ces nouvelles politiques.

Pour les mettre en œuvre, il faut forcer une transformation radicale de l’organisation même des équipes et des services qui administrent l’informatique, le numérique et les systèmes d’information.

Le problème n’est pas uniquement de savoir que faire ; le problème est de choisir les moyens nécessaires pour y parvenir. Or souvent, le politique décide, puis confie aux « services informatiques » la mission du faire. Cette stratégie mène irrémédiablement à l’échec. Il faut dépasser la fonction technique ou technologie de l’informatique et des systèmes d’informations, et comprendre qu’il ne peut pas y avoir de vraie réforme sans changement même de paradigme aux niveaux des « moyens » qui seront employés.

Pour le dire simplement, l’informatique ne doit pas être confiée à des informaticiens.

C’est d’ailleurs ce qu’ont compris tous les grands acteurs mondiaux : Apple, Google, Microsoft, Facebook, etc. Ces « nouveaux » acteurs privilégient le design, les usages, l’expérience utilisateur… avec une volonté déterminée de simplifier.

A contrario, les systèmes des collectivités sont construits sur la complexité : systèmes dépassés de quota d’email, normes forcées des systèmes d’exploitation ou même des formats de fichiers, outils de travail collaboratif du siècle dernier, matériels pas mis à jour, centralisation des données, fausses sécurisations, blocages de sites pourtant nécessaires, etc. Tous ceux — élus, agents ou usagers — qui ont été « confrontés » à ces systèmes pourront l’attester… cela ne fonctionne pas vraiment.

Si nous voulons que le numérique soit un vecteur de progrès social, écologique, culturel, économique, il faut absolument éviter de confier de nouvelles stratégies numériques à une organisation déjà en place. Cela mènera irrémédiablement à l’échec.

La clé d’une transformation radicale suppose justement d’en changer les acteurs.

Il ne s’agit pas de remettre en cause les compétences techniques des spécialistes, mais de comprendre que la technique doit être au service des utilisateurs jusqu’à en devenir « transparente ». Ce sont de nouveaux principes qui doivent refonder entièrement les directions des systèmes d’information : environnement informatique agnostique, choc de simplification, décentralisation des données et des applications, conception des systèmes pensés pour, et par, les utilisateurs…

Par exemple, il y a un principe simple à mettre en place : tout système « interne » doit être pensé comme s’il était destiné à un public « externe » : agnostisme des systèmes, compatibilité sur tous les appareils, design et interface utilisateur « grand public », fonctionnement clair sans notice, etc. Il n’y a aucune fatalité à ce que le service d’email d’une collectivité fonctionne moins bien que tous les systèmes grands publics…

Trois conditions pour la transformation

  1. Une prise de conscience à très haut niveau de la nécessité de changer de paradigme. Ce sont les directions mêmes des systèmes d’information qui doivent être refondées : management, équipe, intégration aux autres services. L’informatique ne doit pas être un « service support » ou un simple outil.
  2. Prise en compte et dialogue réel avec tous les utilisateurs : élus, agents, usagers. La Co-construction est par nature même ce qui rend un produit meilleur. Il ne s’agit plus de construire des « cathédrales informatiques » avec des centaines de pages de spécification, mais bien au contraire d’être agile, évolutif, itératif et participatif.
  3. Mettre la technique au service des usages et des finalités. Il n’y jamais aucune bonne « raison informatique » ou spécificité-métier qui viendrait limiter les possibles. La comparaison est facile avec ce qui est disponible aux usagers sur les stores d’application par exemple.

Le numérique est finalement assez peu technologique. C’est une culture de l’innovation qui ne peux aboutir sans un art de l’exécution. Alors oui, il y a de nouvelles politiques de transition numérique à mettre en place pour les collectivités mais elles ne pourront exister qu’à la condition de la refondation complète des moyens, des équipes et des projets des « directions informatiques ».

Roch Giraud est un entrepreneur d’intérêt général. Il a notamment dirigé la French Tech Grande Provence, le numérique de Marseille-Provence 2013, un accélérateur de startups et cofondé un journal local d’investigation, une agence web & plusieurs sociétés digitales.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

De la nécessaire refondation des directions informatiques

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement