Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Protection de l’enfance

Le placement à domicile, une mesure intermédiaire contre les ruptures familiales

Publié le 23/07/2020 • Par Rouja Lazarova • dans : France, Innovations et Territoires

Séjour éducatif avec les familles dans le Jura.
AEPC Concorde SEPAD
Les modalités de placement en structure peuvent être vécues comme violentes. Les actions éducatives en milieu ouvert proposent un suivi distant. Sont concernées les familles où il n’y a pas de maltraitance ou de mise en danger de l’enfant, qui ont besoin d’un accompagnement plus intense dans leurs fonctions de parentalité. La Seine-Saint-Denis a mis en place « Adophé », accompagnement à domicile avec possibilité d’hébergement, un dispositif alternatif au placement classique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Nous sommes partis d’un constat. Il nous manquait un maillon dans la prise en charge des enfants confiés à l’ASE, entre le placement dans des structures d’accueil collectif et les AEMO », confie Pierre Stecker, directeur de l’ASE au conseil départemental de la Seine-Saint-Denis. Face à cette observation, le département lance, en 2015, un appel à projets auprès des associations agréées pour instaurer un nouveau type de modalité, l’Adophé.

A partir de l’année suivante, neuf associations s’en emparent, avec une montée en charge progressive. Aujourd’hui, 408 mesures « Adophé », judiciaires ou administratives, ont été ordonnées, sur un ensemble de 5 950 mineurs et jeunes majeurs pris en charge par l’ASE du département. Au départ, le dispositif ne concernait que les 11-17 ans, mais il a été peu à peu étendu aux 0-17 ans. Un choix délicat, qui pourrait être contesté. Geneviève Gueydan, inspectrice générale des affaires sociales, fait part de ses doutes : « Il n’y a pas de consensus sur le bien-fondé du placement à domicile pour les moins de 2 ans. Certains spécialistes estiment que les tout-petits, qui n’ont pas encore acquis le langage, ne pourraient pas verbaliser d’éventuels ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le placement à domicile, une mesure intermédiaire contre les ruptures familiales

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement