Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[EDITO] Elections municipales

Crash démocratique

Publié le 03/07/2020 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Abstention_urne
D.R.
Le triomphe des abstentionnistes, 58,4 % au soir du second tour des municipales le 28 juin, augure l'ère de la démocratie sans peuple. Il sonne le retour du régime censitaire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il fallait l’entendre cette tête de liste, ravie de sa victoire au second tour des municipales, gloser sur les vertus de « la coconstruction ». Grâce à son projet « partagé avec les habitants », sa localité de la région capitale allait connaître des lendemains qui chantent. Tout à sa joie, l’éminente personnalité en oubliait de verser des larmes de crocodile sur l’abstention monstre dans sa commune de près de 65 %. Elle ne soufflait mot du taux désespérément bas d’électeurs inscrits qui lui avaient accordé leur confiance : moins de 20 % le 28 juin, soit à peine 10 % de la population de sa cité de la banlieue nord. Un scénario que l’on retrouve dans bien d’autres villes.

Premier parti de France

Mais seuls les initiés se passionnent pour la course de petits chevaux. Les verts sont en plein boom. Les bleu-blanc-rouge marquent le pas. Les bleus font mieux que résister, tandis que les roses redressent la tête. Ceux qui portent la casaque « Macron » peuvent, en revanche, aller se rhabiller. Chacun fait comme si. Comme si la grève du vote était uniquement due à la peur du Covid-19 et à un second tour, baroque, organisé plus de cent jours après le premier. Comme si le premier parti de France, les abstentionnistes, ne gonflait pas à vue d’œil à chaque scrutin municipal, doublant de volume, ou presque, entre 1983 et 2014. Comme si les deux tiers des ouvriers et des jeunes ne désertaient pas régulièrement les urnes.

Classes populaires sur la touche

Mais les faits sont têtus. Le triomphe des abstentionnistes, 58,4 % le 28 juin, augure l’ère de la démocratie sans peuple. Il sonne le retour du régime censitaire. La démocratie locale n’échappe pas à ce rétrécissement. « Auparavant, pourtant, les milieux populaires s’identifiaient énormément à la politique locale, rappelle le politologue Rémi Lefebvre. C’était ce qui n’était pas compliqué, ce qui était proche. » Une ère révolue avec la technicisation de l’action territoriale et les transferts de pouvoir au profit de superstructures de plus en plus éloignées des citoyens.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Crash démocratique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement