logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/686386/ce-que-mijotent-les-futurs-maires-ecolos/

ELECTIONS MUNICIPALES
Ce que mijotent les futurs maires écolos
Arnaud Garrigues, Hervé Jouanneau, Jean-Baptiste Forray, Thierry Dupont | A la une | France | Publié le 30/06/2020 | Mis à jour le 01/07/2020

Victorieuses dans les grandes villes, les têtes de liste vertes ont mis un point final au règne des notables. Leur mot d'ordre : stopper « la bétonisation ». Au risque d'ajouter de la crise à la crise ?

A Bordeaux, Pierre Hurmic (EELV) a fermé la page « Juppé » (LR), aux rênes de la mairie pendant vingt-deux ans. [1]

A Bordeaux, Pierre Hurmic (EELV) a fermé la page « Juppé » (LR), aux rênes de la mairie pendant vingt-deux ans.

Sèchement battu le 28 juin dans son fief de la capitale des Gaules, Gérard Collomb (PS) le confiait mezzo voce avant le scrutin. « J’ai créé une ville qui s’oppose à moi », lâchait-il, fataliste, selon « Lyon capitale ».
Le boom économique de la deuxième agglomération de France attire à elle les classes créatives de l’événementiel ou des jeux vidéos. Dans les copropriétés, les nouveaux venus réclament des jardins partagés, des parkings à vélos et des bacs à compost. Lors du second tour des municipales, ils ont damé le pion à la vieille bourgeoisie locale dont les rejetons peinent à se loger dans une cité où le mètre carré à la vente flirte parfois dangereusement avec la barre des 6 000 euros.

Tout un symbole dans la ville d’Edouard Herriot, jusqu’ici assise sur les réseaux francs-maçons et catholiques, c’est un néo-Lyonnais, totalement inconnu des élites locales, Grégory Doucet (EELV), qui rafle la mise. Agé de 46 ans, le futur premier magistrat, que ses colistiers appellent « Greg », n’appartient pas au cercle des professionnels de la profession politique. Il a fait carrière à l’international dans le top management des ONG.

Haro sur les « grands projets inutiles »

Un profil proche de la grande gagnante des municipales à Strasbourg, Jeanne Barseghian (EELV). La future maire est arrivée dans la capitale alsacienne à la fin de ses études. Spécialisée en droit de l’environnement, la native de Suresnes (Hauts-de-Seine) donne un coup de jeune à Strasbourg, succédant, à la veille de ses 40 ans, au septuagénaire Roland Ries (PS).

Simple conseillère municipale, elle n’a, comme Grégory Doucet, jamais pris part à un exécutif local. Elle n’entend pas être

POUR ALLER PLUS LOIN