logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/685626/municipales-un-paysage-politique-eparpille-facon-puzzle/

MUNICIPALES
Municipales : un paysage politique éparpillé façon puzzle
Jean-Baptiste Forray | France | Publié le 25/06/2020 | Mis à jour le 26/06/2020

Les appareils centraux des partis n’ont pas réussi à peser sur les tractations de l’entre-deux tours. D’où des stratégies illisibles et des têtes de listes en roue libre. Entre le pouvoir local et le pouvoir national, la rupture parait consommée.

Logo municipales

LR et LREM qui ferraillent dans la capitale pour mieux s’allier à Strasbourg, Bordeaux ou Clermont-Ferrand… Une tête de liste marcheuse venue de la droite, qui, à Nîmes, n’hésite pas à se marier avec les écolos… EELV et PS main dans la main à Paris, Nantes et Rennes, mais en guerre ouverte du côté de Lille et Strasbourg…
A la veille du second tour des élections municipales, le 28 juin, les électeurs ont de quoi en perdre leur latin. Le brouillage apparaît complet.

Le phénomène n’est cependant pas tout à fait nouveau, rappelle Jean-Victor Roux, auteur d’une histoire des maires de France, « Les sentinelles de la République » aux éditions du Cerf : « Le socialiste Gaston Defferre a longtemps gouverné Marseille avec la droite. A Bordeaux, le gaulliste Jacques Chaban-Delmas revendiquait aussi un ancrage radical. » Dans leur intérêt bien compris, les maires font fi des étiquettes partisanes sur le mode « Mon parti, c’est ma commune ».

Décomposition

Mais ce cru 2020 reflète aussi l’ampleur de la décomposition politique. Les appareils centraux des partis sont démonétisés comme

POUR ALLER PLUS LOIN