logo
DOSSIER : Quand le numérique passe au vert
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/684329/numerique-vert-pourquoi-les-collectivites-doivent-faire-mieux/

EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE
Numérique vert : pourquoi les collectivités doivent faire mieux
Laura Fernandez Rodriguez | France | Publié le 18/06/2020

Les collectivités locales s'intéressent de plus en plus à l'impact environnemental du numérique. Toutefois, selon les résultats d'une étude inédite sur ce sujet, les collectivités doivent mieux prioriser leurs actions en interne, et, pour avoir un réel impact, endosser un rôle de chef d'orchestre sur leur territoire.

illu-dossiernumvert [1]La question de l’impact environnemental du numérique s’invite progressivement dans les esprits, y compris au sein des collectivités : de bonnes pratiques ont fait leur apparition dans certains territoires [2], mais faute de chiffres disponibles sur le sujet, il était difficile de savoir où en étaient véritablement les collectivités locales sur cette question.

Une étude réalisée par le cabinet Espelia et la communauté GreenIT, et que la Gazette a pu consulter, offre donc un éclairage inédit [3] sur la manière dont les collectivités locales envisagent à ce jour la sobriété numérique, démarche qui vise à réduire l’impact environnemental du numérique.

Cette étude, lancée fin décembre 2019 et à laquelle ont participé 33 collectivités territoriales (17 communes, 10 intercos, 4 départements, et 2 régions), « n’a pas vocation à être exhaustive, mais à identifier les grandes tendances à l’œuvre et les principales pistes d’amélioration », explique Léo Donse, consultant numérique et ville intelligente, et auteur du rapport.

Il relève l’apparition, depuis un an, de quelques lignes mentionnant le numérique vert dans les appels d’offres émanant des collectivités : « on sent qu’il y a une prise de conscience [4], mais nous en sommes au tout début ». En voici les principaux enseignements.

Un objet à apprivoiser

Premier enseignement : la mise en place d’une stratégie numérique territoriale ne s’accompagne pas automatiquement de la mise en place d’actions significatives en terme de sobriété numérique, qui peuvent se matérialiser sous d’autres formes et d’autres vocables : « numérique responsable », ou encore « GreenIT ». Et au total, seul un quart des collectivités participantes a déjà réalisé ou planifié des démarches de sobriété numérique : « L’action des collectivités locales pour limiter l’impact environnemental du numérique et participer au développement d’un numérique durable apparaît donc encore balbutiante », assène le rapport.

Autre difficulté : identifier correctement les sources d’impacts afin de

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN