Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement urbain

Carlos Moreno : « La ville du quart d’heure offre un rythme de vie apaisé »

Publié le 23/06/2020 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

Carlos Moreno
F. Calcavechia / La Gazette
Carlos Moreno, scientifique franco-colombien, professeur associé à l’IAE de Paris, défend une approche beaucoup plus décentralisée de la ville où six grandes fonctions sociales à savoir se loger et produire dignement, accéder aux soins, s’approvisionner, apprendre et s’épanouir doivent être accessibles en un quart d’heure à pied ou en vélo.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est un concept qui peut se résumer en une phrase et qui a le vent en poupe, particulièrement depuis la crise du Covid-19 : « la ville du quart d’heure ». Presque un slogan, qui a d’ailleurs fleuri sur nombre de programmes de candidats aux municipales, comme le confirme le chercheur qui en est l’auteur : Carlos Moreno, scientifique franco-colombien, professeur associé à l’IAE de Paris – université Panthéon-Sorbonne. Le concept du cofondateur et directeur scientifique de la chaire « entrepreneuriat, territoire, innovation » a conduit à repenser radicalement l’organisation des villes pour les rendre plus résilientes, polyvalentes et en mesure de restituer aux habitants ce qui leur manque le plus : du temps.

En adoptant une approche beaucoup plus décentralisée de la ville où six grandes fonctions sociales  à savoir se loger et produire dignement, accéder aux soins, s’approvisionner, apprendre et s’épanouir  doivent être accessibles en un quart d’heure à pied ou en vélo, la mobilité pendulaire cède enfin la place à un rythme de vie plus apaisé. Ce concept ne vaut pas que pour la métropole car il peut également se décliner en « territoire de la demi-heure » dans les bassins à moyenne ou faible densité de population, où la place de la voiture peut être revue en mutualisant les ressources. La crise du Covid-19, en imposant à chacun un confinement et une circulation restreinte autour de son domicile, a montré que ce modèle est possible et même souhaitable afin que la ville ne s’arrête pas, même lorsque la situation ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Jumeau numérique : comment la maîtrise des données territoriales sert-elle la transition écologique ?

de Egis

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Carlos Moreno : « La ville du quart d’heure offre un rythme de vie apaisé »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement