Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Violences policières

Les polices municipales jouent la carte de la proximité

Publié le 15/06/2020 • Par Nathalie Perrier • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Prise de contact avec des commerçants.
Prise de contact avec des commerçants. © Bertrand Holsnyder
Comme leurs collègues gendarmes ou policiers nationaux, les policiers municipaux se sentent aujourd’hui stigmatisés par les manifestations contre le racisme et les violences policières. Face aux attaques, ils mettent en avant leur rôle essentiel de police de proximité.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

 

Les marques de « soutien de la puissance publique » et de « reconnaissance de la Nation » adressées aux policiers et gendarmes, dimanche 14 juin, lors du discours à la Nation d’Emmanuel Macron n’auront pas suffi à dissiper le malaise.

Le président de la République a eu beau le marteler – « Sans ordre républicain, il n’y a ni sécurité, ni liberté. Cet ordre, ce sont les policiers et les gendarmes sur notre sol qui l’assurent » – pour les forces de l’ordre, le mal est fait. En annonçant le 12 juin, suite aux manifestations contre les violences et le racisme policière, une série de mesures (suspension à titre conservatoire en cas de propos ou d’acte raciste, fin de la procédure d’étranglement, etc.), le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, s’est attiré les foudres ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les polices municipales jouent la carte de la proximité

Votre e-mail ne sera pas publié

Patrick

16/06/2020 10h25

 » Les polices municipales » il n’y a qu’une police municipale ……
Cordialement
PS: De la promotion en cas de blessures ou décès ,mais pendant que tout va bien toujours pas d’avancée sur le volet social.Primes incluses dans le salaire pour revaloriser la retraite.
1400euros après 35 ans de carrières, bientôt autant que le minimum vieillesse. ..

Duzanski

19/06/2020 08h39

Bonsoir,
J’ai commenté également l’article de M. Laurent Muchielli. Mes questions sont identiques au précédent article. Qu’est-ce que vous appelez la police de proximité ? Comment la définissez-vous concrètement ?
J’ai pratiquement 20 ans de carrière et la police de proximité, de ce que j’ai pu constaté, voir de ce qui a été enseigné en école, la police de proximité relève plus de la démagogie politico-sociétale. Les exemples sont nombreux. Si vous me donnez des exemples de police de proximité tels que : « A l’écoute des administrés; tourner pour tourner et non pas patrouiller, des PM de retour de fin de vacation avec strictement aucune action de mener pendant leur vacation ,demander aux commerçants si tout va bienetc…jepense et je vous rejoindrai, c’est d’embaucher des travailleurs sociaux, des éducateurs plutôt que des policiers. Embaucher des PM avec leur prérogative judiciaire notamment, est inadapté. C’est comme recruté des maçons par exemple pour faire de l’électricité. Je rappelle que l’Etat a défini le sigle « Police Municipale » de manière très précise c’est à dire le terme POLICE est en 1ier et en grand caractère et ce terme est précisé par « Municipale » en caractères plus petits et en second. Ce second terme définit le territoire de cette police. La démagogie politique a fait le reste et ce depuis le début des années 1980. Quand je lis l’article rédigé notamment par le M. Le Maire de Dijon et que je le lie à l’actualité et que M. Le Maire de Dijon a pu travailler sur plusieurs mandats, je pense que le bilan de cette police de proximité n’est pas très flatteur. J’ai essayé de mettre en place des actions de POLICE de proximité (femmes battues, patrouilles pédestres dans les cités, accès à internet pour les enfants etc…) avec différents maires. En vain. Très souvent le maire souhaite voir du « Bleu »sur la VP. C’est tout ! Autre point que je voulais aborder. Je suis d’origine étrangère de part mon père (1931 arrivée de la famille en France)). Nous avons vécu (moi très peu) dans les Corons…Ma grand-mère est morte de malnutrition et je vous parle des années 70/80. Dans ces Corons, l’ambiance respirait l’alcoolisme, le cancer du mineur, pas d’eau ni de WC dans le baraquement en contre plaqué renforcé par une toile de jute de couleur noir, les accidents des mines, les maladies « Des Gens Pauvres », la pauvreté était présente. Mais tous les étrangers présents (italiens, espagnoles, russes, allemands) voulaient s’intégrer avec une volonté farouche de respecter la France. Et enfin, ce n’est parce que vous êtes pauvres, que vous devenez un dealer, une racaille.
A ce jour, personne, même pour la PSQ, ne m’a expliqué quelle est le fonction d’une police de proximité; quelle type de mission vais-je réaliser ? Est-ce normal d’employer un PM pour relever des compteurs EDF en short de Foot ou en « basket » rouges en ce justifiant du fait qu’il travaille pour un « Petit Village » ? Même question liée à l’actualité (suppression de l’étranglement), comment je fais pour appréhender un individu récalcitrant ? Vous remercie et reste à votre disposition.
BCP Eric D.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement