Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Archéologie préventive

Aménagement : ce que le Covid-19 a changé pour l’archéologie préventive

Publié le 10/06/2020 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

DSC_0386
SAPDA - CD03
Depuis le 11 mai, les chantiers archéologiques reprennent vie et s'accompagnent de mesures sanitaires strictes pour protéger les archéologues. Aménageurs et opérateurs de fouilles doivent discuter d'un amendement au contrat qui les lie pour prendre en compte le nouveau contexte.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le 17 mars, les fouilles archéologiques ont été stoppées du jour au lendemain, pour cause de confinement généralisé, retardant mécaniquement le début des travaux des aménageurs : bulldozers, grues, et autres engins de chantier ne peuvent en effet entrer en lice tant que les archéologues n’ont pas libéré le terrain.

Aménageurs et archéologues au diapason

De quoi rendre nerveux les aménageurs ? Sourcilleux sur les délais qui conditionnent en partie la rentabilité de leur activité, « les aménageurs n’ont pas manifesté une grosse inquiétude sur ce sujet, relate Dominique Garcia, président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), l’opérateur public national. Comme il ne s’agissait pas d’un problème propre à l’archéologie et qu’eux-aussi ont dû arrêter brutalement ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Club RH : Moderniser et sécuriser ses recrutements

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Aménagement : ce que le Covid-19 a changé pour l’archéologie préventive

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement