Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

élections municipales

L’écologie sème la zizanie dans les municipales

Publié le 08/06/2020 • Par Olivier Descamps • dans : actus experts technique, France

urne-election
adobestock
Les questions de mobilité propre, de résilience des territoires ou de végétalisation seront des sujets phares des municipales dont le second tour est organisé dimanche 28 juin. Malgré d’inévitables ajustements dans les propositions liés à la situation sanitaire, aux jeux d’alliance et aux stratégies électorales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est peu dire que les élections municipales ont été bouleversées par la crise sanitaire. À quelques semaines du second tour, le Covid-19 n’a semble-t-il pas atteint la volonté des candidats d’afficher leurs préoccupations environnementales. Omniprésentes avant le premier tour, elles ont même été renforcées par la poussée du vote écologiste le 15 mars. Puis par la crise qui a mis en évidence la vulnérabilité de nos modes de développement. Comme l’Union européenne et sa relance verte, comme le gouvernement et sa volonté d’accélérer la transition écologique, les candidats aux municipales toujours en lisse défendent pour la plupart l’idée de territoires résilients faisant la part belle au local, au végétal ou à la mobilité propre.

Premiers désaccords sur les coronapistes

Les mesures de ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article

Sur le même sujet

marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’écologie sème la zizanie dans les municipales

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

09/06/2020 10h09

Je ne partage pas du tout le point de vue de l’auteur de ces propos.

Comment peut-on dire que l’écologie est sortie gagnante du premier tour alors que plus de 50% des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes?
Quant à l’intérêt soudain pour le vélo et les pistes cyclables, ce n’est dû qu’à une peur de transmission du covid 19 dans les transports en commun. Si mes propos sont exacts, on devrait très rapidement retourner à nos chères habitudes après la fin de l’épidémie. L’avenir dira qui a raison sur ce point.

Enfin, la prise en compte des questions écologiques par une grande partie de la population n’est qu’un leurre. Vous connaissez bien ce que veut dire l’expression « NIMBY »? Tout le monde est d’accord pour la mise en place de mesures respectant l’environnement à la condition que cela ne leur crée par de contraintes. rares sont les personnes qui mettent en œuvre les propos qu’elles tiennent dans ce domaine. mais restons positif… il en existe.

Il me semble que le problème de notre société vient de notre habitude de traiter les sujets les uns après les autres. On parle souvent d’économie, de social, d’environnement mais toujours en abordant ces sujets les uns après les autres.
Comme les élus ne sont que les dignes représentants de notre population, il va de soi qu’ils partagent ce principe. En outre, ces derniers sont loin d’être sourds et ils entendent parfaitement les premières attentes de la population qui reprennent des logiques d’antan mais qui sont loin d’être anormales.

Chacun veut pouvoir vivre dignement. Pour cela il ne veut pas du travail mais la possibilité d’avoir un revenu (ce qui n’est pas tout à fait la même chose) pour assurer ses besoins. Vient ensuite la capacité à avoir un toit, se déplacer, des loisirs… et un peu plus tard des études pour les enfants… et cela recommence.

Pour l’environnement, il suffit de voir ce que certains font de leurs masques. Ils les jettent dans la rue et on les retrouve même au fond des océans???
Certains diront qu’il s’agit là d’une minorité. Mais si tel est bien le cas, pourquoi le Gouvernement veut-il imposer des amendes plus dissuasives?

Pour ma part, je n’estime donc pas que l’écologie sème la zizanie dans les municipales. Il s’agit d’un sujet que les élus doivent prendre en compte car leur rôle est aussi d’être des précurseurs. Il est donc « anormal » que ces questions ne soient pas prises en compte par des élus pour de simples questions politiciennes: ne pas perdre de voix.
Qui sait, un jour ces derniers changeront peut-être de voie!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement