Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports

Les aéroports régionaux sur la sellette

Publié le 08/06/2020 • Par Isabelle Jarjaille • dans : France, Régions

Dans un aéroport
Adobestock
La crise frappe le secteur aérien de plein fouet et vient s’ajouter à des critiques persistantes concernant l’impact du transport aérien sur le climat. Ce mode de transport est-il encore soutenable politiquement et financièrement ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après deux mois de fermeture, les aéroports régionaux amorcent une très légère reprise. Mais les premières études publiées par des cabinets spécialisés tablent sur un retour au trafic initial dans deux à trois ans. Fin mai, l’Union des aéroports français demandait à l’Etat le maintien de la prise en charge du chômage partiel et le financement des missions régaliennes, estimant que « les difficultés de trésorerie des aéroports ne permettront plus d’assurer le paiement des sociétés de sûreté ». A Bordeaux, le président de la chambre de commerce et d’industrie, actionnaire de la société exploitant l’aéroport aux côtés des collectivités locales et de l’Etat, a déjà demandé publiquement que le plan d’investissement prévu pour agrandir l’aérogare, de 170 millions d’euros, fasse l’objet d’un budget rectificatif. Le chamboule-tout a aussi commencé le 29 avril à l’Assemblée nationale.

Une équation complexe pour les collectivités

Devant les députés, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a exposé les conditions imposées à Air France en échange d’un prêt de 7 milliards d’euros garanti par l’Etat : « Nous voulons qu’Air France réduise de 50 % son volume d’émissions de CO2  Dès lors qu’il y a une alternative ferroviaire à des vols intérieurs avec une durée de moins de 2h30, devront être drastiquement réduits. »
Pour certains territoires, le retour du trafic n’en sera pas moins compliqué. « Là on prend nos aises, on dort mieux la nuit. Mais je crains le réveil ! » raconte Jean-Claude Lemasson, maire (DVG ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les aéroports régionaux sur la sellette

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement