Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections

Les nouveaux maires dans les starting-blocks

Publié le 18/05/2020 • Par Nathalie Perrier • dans : A la une, France

echarpe-maire-illustration
AdobeStock
Les nouveaux maires, élus au 1er tour le 15 mars, juste avant le confinement, vont enfin être installés à partir de ce 18 mai. La fin d'une parenthèse inédite de deux mois durant laquelle ils ont tenté de se faire une place aux côtés des premiers magistrats sortants dont le mandat a été prolongé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ils l’avouent, ils piaffent d’impatience. Les conseils municipaux des 30 000 communes élus au 1er tour, le 15 mars, juste avant le confinement, vont enfin pouvoir prendre leurs fonctions.

« Cela fait deux mois que je suis maire sans être maire. Je suis pressée ! », confie Fanny Lacroix, future première édile de Châtel-en-Trièves, commune nouvelle de l’Isère. Le 23 mai, cette élue de 37 ans prendra la succession de Victor Vecchiato, 77 ans. Avec deux mois de retard.

Les nouveaux maires auraient dû entrer en fonction le week-end du 22 mars. Confinement oblige, l’installation des conseils municipaux a été reportée et le mandat des élus sortants prolongé. Entre temps, nouveaux et sortants n’ont eu d’autre choix que de cohabiter, tant bien que mal. Installés par un décret du gouvernement le 18 mai, les conseillers ont jusqu’au 28 mai pour élire le maire et l’exécutif municipal. « Il était temps, commente, soulagé, le député PS et président de l’APVF (Association des petites villes de France) Christophe Bouillon. Là où ça se passait bien, la lassitude s’installait. Là où ça se passait mal, ça craquait ».

  • Municipales et coronavirus : les vainqueurs rongent leur frein

Transmission de relais en bonne intelligence

Lui-même nouvellement élu à Barentin, près de Rouen (Seine-Maritime), Christophe Bouillon reconnaît avoir trouvé le temps « un peu long ». « Après 31 ans au pouvoir, le maire sortant, Michel Bentot, voulait tourner la page. Il était pressé d’arrêter. Moi, pressé de prendre mes responsabilités. On a tout de suite convenu de s’appeler très régulièrement et de prendre les décisions ensemble : subventions aux associations, achat de masques, reprise des écoles… »

Par respect pour celui qui l’a soutenu pendant la campagne, Christophe Bouillon a toujours « pris soin de ne pas décider à sa place » : « C’était lui le maire. Mais nous discutions de manière très fluide et j’ai même commencé à travailler avec les services sans être maire ».

C’est cette même bonne intelligence qui a permis au village de Châtel-en-Trièves de faire face à la crise sanitaire et économique. « Le maire sortant m’a d’emblée proposé une gouvernance élargie. Il a compris qu’il fallait s’appuyer sur une équipe nouvelle ». En deux mois, celle-ci a mis en place des outils de communication, créé un service de veille sociale pour les personnes fragiles et isolées et organisé l’approvisionnement en produits locaux de l’épicerie associative.

« A chaque fois, je demandais l’autorisation au maire. Je suis une femme, jeune, moins expérimentée… Ce n’était pas évident. Mais nous avons su nouer une relation de confiance ». Bien que difficile, cette période a conforté ses choix politiques. « On a commencé à inventer le monde d’après », sourit-elle.

Contraintes budgétaires serrées

A Noirmoutier-en-l’Ile, c’est seul que Yan Balat a dû inventer le monde d’après. « Dans cette période de crise, il aurait dû y avoir co-décision avec le futur maire. J’ai certes été associé à la cellule de crise mais simplement pour y faire des propositions. Je n’ai jamais été associé aux décisions et n’ai eu accès à aucun dossier », regrette Yan Balat (SE). Avec les trois autres maires de l’île, eux aussi élus au 1er tour, il a donc constitué une cellule pour travailler en marge et préparer l’après. « On a mis en œuvre des actions qui ne nécessitaient pas l’aval du maire, comme la fabrication de masques par des couturiers ou une exposition à venir d’artistes locaux. On a aussi rencontré les acteurs économiques du territoire pour préparer l’après. On a travaillé dans l’ombre ».

Le 23 mai, Yan Balat sera enfin élu maire. Sa priorité ? « Relancer une saison touristique mal en point ». Mais, à Noirmoutier comme partout, les débuts de mandat s’annoncent semés d’embuches. « Beaucoup de nouveaux maires vont se retrouver avec un exercice budgétaire bien entamé, souligne Cédric Szabo, directeur des maires ruraux de France. Ils auront moins de recettes et plus de dépenses. Pourtant, _cette crise a bien montré leur utilité_ la relance ne peut se faire sans les maires ».

 

 

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les nouveaux maires dans les starting-blocks

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement