logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/679079/culture-nous-sommes-face-a-un-possible-champ-de-ruines/

POLITIQUES CULTURELLES
Culture : « Nous sommes face à un possible champ de ruines ! »
Hélène Girard | Actualité Culture | France | Publié le 15/05/2020 | Mis à jour le 20/05/2020

Spécialiste de la gestion des équipements culturels, Jean-Michel Tobelem, professeur associé à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, invite les élus à saisir l'opportunité de la crise provoquée par le Covid-19 pour réorienter leurs politiques publiques. Dans un entretien avec La Gazette, il explique ce que pourrait être "l'après-Covid".

JMT-NB cadre [1]

Comment envisagez-vous la reprise d’activité dans les équipements culturels ?

Pour ce qui est des institutions publiques, il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour leur survie : je n’imagine pas un instant que des maires décident de fermer la bibliothèque ou le théâtre de leur commune.

En revanche, pour ce qui est des structures privées, notamment associatives, nous sommes possiblement face à un champ de ruines. Avec une conséquence accablante pour la société : la disparition de ces compagnies, festivals, ensembles musicaux, cinémas associatifs, etc, qui aurait pour résultat de priver les citoyens de la diversité artistique et culturelle dont ils ont besoin. L’écosystème culturel serait bouleversé, et la place d’acteurs commerciaux [2] suffisamment puissants pour se relever de la crise serait renforcée. Nous serions face à un grave problème de politique culturelle.

Les collectivités peuvent aider les acteurs culturels à se relever…

Oui, mais elles ne pourront pas corriger les conséquences de la crise, si leurs élus n’ont pas une ligne politique fondée sur l’idée que soutenir les structures culturelles et artistiques face à l’offre commerciale [5] est un véritable enjeu pour la diversité ; qu’une politique publique n’est pas une programmation additionnant des

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN