logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/677986/biodiversite-apres-la-crise-quelle-evolution-pour-les-espaces-verts/

DÉCONFINEMENT
Biodiversité : après la crise, quelle évolution pour les espaces verts ?
Hélène Huteau | France | Publié le 07/05/2020

Comment les collectivités ont-elles adapté leur gestion pendant le confinement ? Quelles sont leurs priorités pour le déconfinement ? L’enquête menée par Plante & Cité montre que ce temps d’arrêt laissé à la nature pourrait accélérer le changement des pratiques en faveur de la biodiversité.

espaces-verts3 [1]Les activités d’entretien et de travaux dans les espaces verts subissent globalement une inflexion depuis le confinement. Du 14 au 21 avril, 829 collectivités de toutes tailles (dont 94% de communes) ont répondu à l’enquête de l’association professionnelle Plante & Cité, sur tout le territoire national (sauf Corse) sur leur gestion pendant le confinement [2] et celle projetée après le déconfinement.

Les activités ayant été maintenues, même de façon minimale, sont par ordre décroissant : le ramassage des déchets, l’arrosage, les achats et marchés, la gestion des strates herbacées, et le désherbage. Les espaces priorisés sont les cimetières, puis les abords de voirie et ronds-points. Les terrains de sport communaux ne viennent qu’ensuite, les délais de reprise des pratiques laissant aux communes le temps d’agir. Les centres de production horticoles ont majoritairement été maintenus, même à minima.

Proportionnellement plus d’agents sur le terrain dans les petites communes

Le maintien des agents sur le terrain a été hétérogène. Le quart des répondants a maintenu moins de 10% des effectifs sur le terrain. Un autre quart en a maintenu plus de 50%. « Il semble que plus la collectivité est petite, plus la proportion d’agents présents sur le terrain est élevée » analyse Caroline Gutleben, directrice de Plante & Cité. Plus de 50% des répondants déclarent qu’une minorité des entreprises prestataires a maintenu ses activités. Beaucoup de collectivités ont

POUR ALLER PLUS LOIN