Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Insécurité dans les transports : quelles sont les peurs des usagers?

Publié le 06/05/2020 • Par Mathilde Elie • dans : A la Une prévention-sécurité, France, Veille documentaire prévention-sécurité

Gare_de_Juvisy_bIMG_5093
Wikipedia / poudou99
L’institut Paris Région a dévoilé jeudi 6 mai les premiers résultats de son étude sur le sentiment d’insécurité dans les transports en Ile-de-France. Un outil d’aide à la décision pour identifier les espaces anxiogènes et accompagner les acteurs du transport dans la mise en place de réponses adaptées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Où, quand et pourquoi les usagers des transports ont-ils peur ? En 2019, l’étude sur le sentiment d’insécurité en Ile-de-France menée par l’Institut Paris Région mettait en avant le fait que 4 franciliens sur 10 avaient peur d’être agressés ou volés dans les transports en commun. Pour mieux comprendre ce phénomène, l’Institut Paris Région, Ile-de-France Mobilité et l’Observatoire national de la délinquance dans les transports ont réalisé une enquête complémentaire sur ce thème afin d’identifier les espaces anxiogènes et accompagner les acteurs du transport dans la mise en place de réponses adaptées.

Plus de 50 000 abonnés Navigo et Imagine R âgés de 18 ans et plus ont participé. Les femmes et les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent près des deux tiers des enquêtés (respectivement 63,1 % et 66,5 %). Trois thèmes sont abordés : les types d’espace, les horaires de déplacement et les facteurs anxiogènes. Voici ce qu’il faut en retenir.

Où : dans le véhicule de transport

Au cours des douze derniers mois, les répondants déclarent très majoritairement avoir eu peur dans le véhicule de transport (67,2%), puis dans une moindre proportion durant l’attente sur le quai (15,8%) ou dans un couloir ou une rampe d’accès (11,7%). 5,2% disent avoir eu peur dans le reste de la gare.

Quand : en début de soirée

Les situations anxiogènes ont surtout lieu en début de soirée, entre 18h30 et 20h30 (25,7%), puis en soirée, entre 20h30 et 22h30 (19%), l’après-midi entre 12h et 18h30 (17,8%), la nuit après 22h30 (13,7%), en matinée, entre 8 h 30 et 12 h (10,5 %) et tôt le matin, entre 5 h et 8 h 30 (10,1 %).

Pourquoi : désordres sociaux et absence de personnel

A partir d’une liste préétablie, les répondants ont sélectionné trois facteurs qui ont contribué à leur sentiment d’insécurité au cours de l’année passée. Près de la moitié mettent en cause la présence de personnes alcoolisées et/ou droguées, plus d’un tiers le rôle de personnes inciviles (niveau de voix élevé, pieds sur les sièges…). L’absence de personnel dans les espaces de transport se situe à la troisième place des items les plus cités (26,2 %).

Les désordres physiques (dégradations volontaires, défaut d’entretien des espaces publics et privés) sont peu évoqués.

Par ailleurs, les résultats révèlent des variations dans les causes de l’insécurité perçue selon la nature et l’implantation des lieux. Par exemple, concernant la gare du Nord, pôle d’échange multimodal, 28% des répondants estiment que le fait que ce lieu soit bondé est un facteur anxiogène. A la gare de Juvisy, pôle monomodal, 29% estiment a contrario que c’est le caractère « désert » du lieu qui suscite le sentiment d’insécurité.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Insécurité dans les transports : quelles sont les peurs des usagers?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement