Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Datas

Réouverture des écoles : quelles contraintes selon les départements ?

Publié le 05/05/2020 • Par Alexandre Léchenet • dans : France

Ecole maternelle de Jussey. Image d'illustration
Ecole maternelle de Jussey. Image d'illustration C. Rozotte / Divergence
La réouverture des écoles dans le respect des recommandations de l'Education nationale dépend de la taille et des équipements des établissements. Certains indicateurs permettent de se faire une idée des différentes contraintes auxquelles seront confrontées les collectivités locales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Défi compliqué dans les 45 000 écoles publiques et 5000 écoles privées à partir de la semaine prochaine. Les recommandations sanitaires pour la reprise de l’école peuvent virer au casse-tête selon les établissements. Eviter le croisement des enfants, limiter leur nombre dans chaque classe, faire manger les enfants à leur place… Autant de paramètres qui dépendent beaucoup de la typologie des bâtiments.

Mais difficile d’identifier la complexité du défi selon les territoires sans disposer de détails sur les bâtiments en tant que tels, le nombre de salles de classe par établissement, le nombre de pièces disponibles, le nombre de points d’eau accessibles… En effet, ces données ne sont pas centralisées dans une base accessible (si elles sont même centralisées). Cependant, on peut essayer d’approcher les enjeux qui se poseront dans tel ou tel département.

Des établissements parfois mal équipés

Ainsi, dans un sondage effectué auprès d’établissements dans toute la France mi-mars, l’Observatoire national de la sécurité des établissements scolaires (ONS) a cherché à identifier les problèmes qui pourraient se poser en termes sanitaires. Le sondage a été réalisé auprès de 5 800 écoles publiques et 340 écoles privées. Nous avons pu avoir accès aux réponses détaillées.

Les responsables des établissements ont notamment été interrogés sur la présence suffisante de points d’eau, de savon, ou la présence de personnels infirmiers dans l’école.

Dans un quart des écoles sondées, il n’y a pas assez de points d’eau. Dans les outremers et dans les académies de Versailles et Clermont-Ferrand, au moins une école sur trois ne dispose pas d’assez de points d’eau. Le nombre d’établissements sondés dans les outremers est cependant assez faible.

«Comme on annonce une reprise échelonnée, avec moins d’élèves, le problème est en partie résolu, tentait de rassurer Jean-Michel Billoud, secrétaire général de l’ONS. Ce qu’il faudrait maintenant, c’est lancer une grande enquête. Rappelons tout de même que les établissements neufs sont rarement mieux lotis que les anciens en la matière !»

15% des écoles interrogées déclaraient également ne pas avoir de savon, ou pas en quantité suffisante à la mi-mars. Outre les outremers, la part d’écoles n’ayant pas assez de savon dépasse 20% dans les académies de Versailles, de Caen ou d’Aix-Marseille.
Enfin, une grande majorité d’écoles n’avaient pas de personnel infirmier sur place.

Des effectifs variables

Autre enjeu à résoudre par les établissements scolaires : les effectifs à accueillir à compter du 11 mai.
Les groupes, note l’Education nationale dans son ordonnance sur la réouverture des écoles, doivent être composés de 15 élèves maximum en école primaire, et de 10 élèves en école maternelle.

A partir de l’annuaire des établissements, nous avons évalué le nombre d’élèves dans chaque établissement. Si les écoles reçoivent en moyenne 134 élèves sur l’ensemble du territoire, près de 5000 établissements comptent moins de 50 élèves, et 230 en comptent plus de 500.

Evidemment, le respect des groupes de 15 ou 10 élèves ne se posera pas dans les même termes dans les « grosses » écoles, aux effectifs et classes nombreuses, que dans les « petites », à mètres carrés de locaux comparables bien sûr.

Logiquement, les établissements recevant le moins d’élèves sont dans les communes les moins peuplées. Le ministère note d’ailleurs que «les élèves dont les classes sont structurellement inférieures à 15 élèves, notamment les classes en milieu rural et les CP et les CE1 dédoublés des réseaux d’éducation prioritaire, sont scolarisés sur l’ensemble du temps scolaire de leur école, dès lors que la configuration des locaux le permet».

Hétérogénéité départementale

La situation varie par ailleurs beaucoup d’un département à l’autre. Les départements les plus peuplés ne sont pas forcément ceux qui comptent les établissements avec le plus d’élèves.

A Paris, par exemple, une majorité d’établissements reçoivent entre 100 et 250 élèves ; dans les Hauts-de-Seine, on relève quasiment autant d’établissements de plus de 250 élèves que d’établissements recevant entre 100 et 250 élèves.

Le Rhône est le premier département hors Ile-de-France en termes d’écoles accueillant plus de 250 enfants. Les Bouches-du-Rhône, dont on sait les difficultés quant à son patrimoine scolaire, suivent, parmi les départements hors région capitale, à la septième position.
Mayotte, le Bas-Rhin (déjà très touchés par l’épidémie) et le Rhône sont les trois premiers départements en nombre d’écoles accueillant plus de 500 élèves.

Emmanuel Macron : « Une bonne rentrée plutôt qu’une rentrée en nombre »

Le Président de la République, en visite dans une école à Poissy (Yvelines) le 4 mai, est revenu sur le courrier des maires d’Ile-de-France qui réclament le report de la rentrée scolaire après le 11 mai.
« Dans cette nouvelle phase qui s’ouvre le 11 mai, il faut que le retour des élèves, progressif et concerté puisse se faire… Je veux remercier les maires, les directeurs d’école, qui sont en train d’organiser les choses, d’appeler les familles, de fixer des priorités », a -t-il déclaré. « Notre objectif n’est pas combien d’écoles vont rouvrir, mais que les élèves qui en ont besoin, les élèves décrocheurs, les élèves dont les parents travaillent, etc. puissent retourner à l’école. Je veux une bonne rentrée, plutôt qu’une rentrée en nombre… »

Répondant aux craintes d’engagement de la responsabilité pénale des maires, Emmanuel Macron a dit comprendre « les inquiétudes des maires, leurs questions. Ils veulent bien faire, il faut leur laisser du temps et de la souplesse ». « On va partir sur une nouvelle période de trois semaines, la glace est fine, il faut être très prudent. Cette période qui s’ouvre à partir du 11 mai, c’est notre responsabilité collective. » (D.G.)


push-covid

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Collectivités : comment aider les entreprises en cette période de crise

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réouverture des écoles : quelles contraintes selon les départements ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement