Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Décentralisation

Un appétit féroce de décentralisation

Publié le 30/04/2020 • Par Romain Mazon • dans : France

European tree frog, Hyla arborea, sitting on grass straw with cl
Ondrej Prosicky NATUREPHOTO CZ
La nature a horreur du vide, le paysage institutionnel aussi. Et quand l’Etat défaille, les acteurs locaux viennent combler le vide. Leur appétit s’aiguise, et les grenouilles se voient devenir bœufs.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La nature a horreur du vide, le paysage institutionnel aussi. Et quand l’Etat défaille, les acteurs locaux viennent combler le vide. Leur appétit s’aiguise, et les grenouilles se voient devenir bœufs.
Des régions aux communes, ces petites républiques locales fortes de leur clause de compétence générale, on demande, voire on intime, à l’Etat de laisser la place, lui qui ne sait plus faire. Au vrai, quand l’Etat dit que « les masques, ce n’est plus lui » et que, la crise venue, ce n’est en fait plus personne, les collectivités ont beau jeu de prendre la main et, à leur échelle, petite, de combler le manque.

Stabilité

Quelques mois auparavant, les élus abordaient avec circonspection le projet de loi « 3D » et demandaient surtout de la stabilité, du cosmétique, après une séquence de réorganisation territoriale éprouvante, pendant le mandat de François Hollande.

Aujourd’hui, plus rien ne les arrête, ils prennent tout : la santé, la fiscalité, le développement économique… Leur argumentaire se veut imparable. Etape une : « On ne peut que constater l’absence de l’Etat, l’Etat stratège ne joue pas son rôle. » Etape deux : « Les collectivités, en proximité, ont seules le vrai souci des Français, et l’agilité pour agir. L’Etat doit donc leur passer la main, avec un nouvel acte de décentralisation ». CQFD.

Egalité

Sauf que, tout à leurs conquêtes, ces ambitieux omettent une étape trois qui (ré)organiserait l’égalité ou l’équité entre collectivités. On le sait bien, la somme des intérêts de ces « petites nations » que sont les territoires, comme les appelait au printemps dernier l’association des DG d’intercos, ne fera pas nation. Dès lors, revendiquer des compétences politiques fortes sans un mot sur les solidarités et coopérations territoriales, ce serait faire marche arrière, en autorisant toutes les concurrences et les dumpings.

Pour Benjamin Morel, directeur des études de l’Institut Rouseau, « la décentralisation ne produit pas d’inégalité à condition d’une action massive de l’Etat, en matière de péréquation et d’aménagement » (1). Après la crise, décentraliser encore, pourquoi pas ? A condition de retrouver un Etat capable, au service du territoire.

Cet article est en relation avec les dossiers

Notes

Note 01 interview du 27 avril, dans « Marianne » Retour au texte

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un appétit féroce de décentralisation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement