Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Crise sanitaire

Pourquoi le numérique éducatif n’est pas à la hauteur

Publié le 27/04/2020 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, France

Ecole numerique
MACS
La crise du Covid-19 est révélatrice des inégalités d’accès au numérique. Faut-il pour autant prôner une politique d’équipement systématique des élèves ? Tout dépend des relations instaurées entre la collectivité et les services de l'Education nationale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En juillet 2019, la Cour des comptes publiait un rapport très critique sur le service public du numérique éducatif en France (1), dénonçant l’incapacité de l’Etat à adopter une démarche cohérente et coordonnée au niveau national. Pourtant, l’enjeu est de taille.

Une stratégie digne de ce nom doit en effet pouvoir « former au numérique les citoyens et les professionnels de demain, qui ne pourraient sans cela ni exercer la plupart des métiers, ni même s’insérer dans la société », assène la Cour des comptes.

Elle regrette l’absence d’objectifs clairs et des appels à projets sans stratégie préalable, qui se sont traduits « par une politique de guichet peu sélective ». Il n’y a pas non plus eu, de la part de l’Etat, d’analyse de l’existant, ni des besoins à pourvoir, « dans une logique d’harmonisation des équipements, services et offres numériques pour les élèves selon les strates d’enseignement », regrettent les Sages.

Une crise révélatrice

Huit mois plus tard, la pandémie du Covid-19, qui oblige toute la communauté éducative au confinement, ne fait que révéler ces manquements. Depuis le 17 mars 2020, la continuité éducative est difficilement efficiente, faute de formation des enseignants, de ressources pédagogiques pensées pour la classe à distance ou d’un accès pour tous les élèves à un matériel informatique, voire au réseau internet. Les inégalités territoriales explosent au grand jour. Et ce sont les familles les plus démunies ou les plus éloignées des centres urbains qui en font les frais. Une situation qui n’est pourtant pas nouvelle.

« Les plans numériques évoluent en fonction des ministres sans aucune cohérence », déplore Anne Le Hénanff, première adjointe (DVD) à Vannes (53 400 hab., Morbihan), chargée du numérique, des systèmes d’information et de la communication.

Ces plans, fondés sur des appels à projets, nuisent à la continuité du service public puisque les aides financières de l’Etat ne sont pas pérennes. Ils entraînent aussi des disparités territoriales. « Toutes les collectivités n’ont pas les mêmes capacités financières », fait remarquer Rozenn Merrien, présidente de l’Association nationale des directeurs d’éducation des villes (Andev), ni la même appétence pour le sujet.

Acculturation

A capacités financières égales, ce sont souvent les collectivités les mieux préparées qui bénéficient des aides de l’Etat, comme le relate Anna Angéli, ancienne adjointe (PS) au maire du Pré-Saint-Gervais (18 000 hab., Seine-Saint-Denis) et vice-présidente du Réseau français des villes éducatrices, chargée du numérique : « Je fais de la veille sur le sujet depuis 2008. En 2017, le délégué académique du numérique éducatif de l’académie de Créteil m’a tout de suite avertie du lancement du nouveau plan numérique. Quand vous avez l’information avant tout le monde, ça permet de se préparer », admet l’élue qui a ainsi pu équiper les trois écoles élémentaires de la ville de six chariots de tablettes mobiles, subventionnées à 50 % par l’Etat.

Des disparités dans les départements

Les départements ne sont pas mieux lotis. Même s’« ils ont largement investi pour équiper les collèges et améliorer les réseaux numériques, d’importantes disparités sont encore constatées selon les départements et leurs spécificités géographiques », admet l’Assemblée des départements de France.

Les inégalités territoriales apparaissent aussi entre établissements scolaires, voire au sein d’une même structure. « Si l’enseignant est alerte ou non sur les questions du numérique, s’il est confiant ou inquiet, il n’y aura pas la même utilisation du numérique dans toutes les classes », pointe Florence Durand-Tornare, déléguée générale de l’association Villes internet. Le manque de formation des enseignants ne fait qu’accentuer ces différences.

« Cela représente un investissement très lourd, pour les trois niveaux de collectivités territoriales, souligne Rozenn Merrien. Même quand l’outil numérique est mis à disposition, son utilisation peut être très réduite. Il est nécessaire que l’Education nationale travaille davantage avec les collectivités pour l’accompagner. »
Un comité des partenaires du numérique éducatif a bien été créé par la loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, afin de permettre cette concertation. Selon certains, il s’agit d’« une réunion du Komintern ! », pour d’autres, d’« une chambre d’enregistrement des actions de l’Education nationale », alors que « l’idée de départ était de réfléchir ensemble et de faire remonter les dysfonctionnements de terrain », regrette Anna Angeli.
C’est donc au niveau local que le partenariat se construit… ou pas, entre chaque collectivité et la direction des services départementaux de l’Education nationale ou le rectorat dont elle dépend. Si dans certains territoires, comme à Vannes (lire ci-dessous), il peut se construire sur un pied d’égalité, dans bien d’autres, les collectivités sont encore considérées comme de simples prestataires de services.
La pandémie du coronavirus révèle à quel point le mur dressé entre équipements et pédagogie doit être abattu, au profit d’un véritable partenariat pédagogique.

Vannes (Morbihan) – 53400 hab.

Un schéma numérique des écoles qui implique des droits et des devoirs

En 2017, les adjointes au numérique et à l’éducation décident de mettre en place un schéma numérique des écoles, « avec des droits et des devoirs ». L’Education nationale avait tendance à considérer la direction des services informatiques comme un comptoir.
« Il suffisait qu’un enseignant passionné par le numérique demande un tableau blanc interactif et la ville répondait. Il n’y avait ni lisibilité ni cohérence. Cela devenait injuste », explique Anne Le Hénanff, première adjointe au maire. En 2018, une convention est signée avec la direction des services départementaux de l’Education nationale. La ville s’engage à équiper chaque classe d’un vidéoprojecteur interactif et de trois ordinateurs fixes, et chaque école d’un ordinateur portable, d’un espace de stockage en réseau, d’une connexion très haut-débit et d’une imprimante couleur. L’Education nationale, elle, s’engage à former les enseignants et à les accompagner dans la conduite du changement. Certes, « cela a pris des mois, convient l’élue, mais il s’agit d’un véritable travail partenarial ». Pour la ville, cela représente un investissement de 74 000 euros par an sur trois ans. Une opération que l’élue compte bien évaluer du point de vue des usages.

Contact : Direction des services informatiques, frederic.martin@mairie-vannes.fr

Cet article fait partie du Dossier

Pourquoi le numérique éducatif n’est pas à la hauteur

Sommaire du dossier

  1. Pourquoi le numérique éducatif n’est pas à la hauteur
  2. Numérique éducatif : les équipements ne sont pas à la hauteur des ambitions
  3. Numérique éducatif : enfin un référentiel pour bien s’équiper !
  4. Numérique éducatif : « les collectivités ont tout intérêt à se saisir du plan de relance »
  5. « Plan tablettes » 2015 : des effets positifs mais modérés sur les apprentissages
  6. Numérique éducatif : un bilan en demi-teinte de la continuité pédagogique
  7. Numérique éducatif : ce qu’attendent les associations d’élus locaux
  8. Numérique éducatif : le Cnesco révèle de profondes inégalités territoriales
  9. Numérique éducatif : la nécessité d’évaluer les dispositifs
  10. Les environnements numériques de travail vers la mutualisation
  11. Numérique éducatif : les politiques d’équipement massif à l’épreuve de la réalité
  12. Numérique éducatif : « Cette crise montre l’urgence d’organiser une meilleure coordination »
  13. Numérique des tout-petits : face à l’urgence, les professionnels en quête de repères
  14. La révolution du numérique éducatif : un bouleversement pour les collectivités locales
  15. Ecole numérique : les questions à se poser avant d’investir
  16. Ecole numérique : d’abord acquérir les fondamentaux
  17. Numérique à l’école : il est temps d’évaluer les usages
  18. Le numérique éducatif : un champ à investir pour les communes
  19. La programmation bugguée de la décentralisation
  20. Comment faire face à l’explosion du parc informatique éducatif
  21. Le démarrage poussif du plan « tablettes pour tous »
  22. Code et culture numérique à l’école : faites vos choix d’activité
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pourquoi le numérique éducatif n’est pas à la hauteur

Votre e-mail ne sera pas publié

Marco-polo

12/02/2021 07h57

Bonjour madame Foin,

Pour faire court, a priori, le numérique soit disant éducatif peut ne pas être à la hauteur,

si l’on n’a pas une approche minimale « d’apprendre à apprendre » dans l’environnement
des contextes proposés pour approfondir un sujet ou un autre …

Marco-polo, Coach-formateur, Initiation-Assistance PC / Paris-Issy

Commenter
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement