Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Crise sanitaire

Pompiers et policiers municipaux pourront aussi bénéficier d’une prime exceptionnelle

Publié le 16/04/2020 • Par Nathalie Perrier • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

AdobeStock_103938897weyo
Weyo/AdobeStock
Les collectivités territoriales pourront octroyer une prime exceptionnelle de 1000 euros maximum aux pompiers et policiers municipaux engagés depuis le début de l’épidémie de Covid-19, après délibération des assemblées territoriales. S'ils saluent la décision, les syndicats y voient une source d’inégalité et s’interrogent sur les critères d’attribution.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le gouvernement a tranché. Les pompiers et les policiers municipaux pourront bénéficier, comme les autres agents territoriaux, d’une prime exceptionnelle de 1000 euros net maximum. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du projet de loi de finances rectificative dévoilé mercredi 15 avril. Un décret devrait être publié prochainement.

Cette prime, exonérée d’impôts et de cotisations sociales, sera versée aux agents qui font face à un surcroît important de travail, notamment dans le cadre des plans de continuité d’activité, sur place ou à distance. Dans la droite ligne du principe de libre administration, ce sont les collectivités qui en détermineront le montant et qui choisiront les agents bénéficiaires. La prime sera donc « à la main » des collectivités locales, comme l’a précisé Olivier Dussopt, le secrétaire d’Etat en charge de la Fonction publique.

Concrètement, son octroi devra être décidé lors d’une délibération des assemblées territoriales. La prime sera versée hors Rifseep afin que pompiers et policiers municipaux, exclus du régime indemnitaire Rifseep, puissent y être éligibles.

Très fortement mobilisés depuis le début de l’épidémie, et particulièrement exposés au risque de contamination, pompiers et policiers municipaux saluent la mesure. « Les policiers municipaux, les gardes champêtres, et les ASVP jouent un rôle essentiel : en faisant respecter le confinement, ils contribuent à éviter l’engorgement des hôpitaux. Cette prime est une forme de reconnaissance de la nation et nous saluons ce geste », commente Serge Haure, chargé de mission sécurité publique et civile à la Fédération Interco CFDT.

Risque d’inégalités territoriales

Pour autant, la marge de manœuvre laissée aux collectivités inquiète les syndicats qui y voient une source d’inégalités. « Nous ne faisons pas le procès des élus qui, dans leur immense majorité, souhaitent verser des primes à leurs agents. Mais il y aura des inégalités territoriales. Certains élus vont en verser. D’autres pas. Les montants ne seront pas les mêmes partout… », dénonce Serge Haure, qui souhaite que cette prime soit décrétée  « obligatoire ».

Même son de cloche à la FA-FPT police municipale qui prend acte de cette décision mais « regrette que chaque assemblée délibérante devra décider des agents bénéficiaires, des montants et de la modularité de celle-ci, ce qui va augmenter, encore une fois, les inégalités au sein du territoire et au sein même des collectivités ».

« Quels critères seront pris en compte pour attribuer la prime ? L’exposition au risque ? La surcharge de travail ? Quel en sera le montant ? Ce mode d’attribution sera une source d’iniquité », s’inquiète, du côté des sapeurs-pompiers, André Goretti, président de la FA/SPP-PATS.

Pour ce syndicaliste, si « l’intention est louable, ce n’est pas le moment, alors que nous sommes tous en train de combattre ce virus, de discuter prime. Car ce n’est pas une prime de 1000 euros, maximum, qui nous fera oublier que nous n’avons pas les moyens matériels et humains pour assurer notre santé et celle des Français ».

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Collectivités : comment aider les entreprises en cette période de crise

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pompiers et policiers municipaux pourront aussi bénéficier d’une prime exceptionnelle

Votre e-mail ne sera pas publié

Adel

16/04/2020 08h29

Et les ouvriers ???

Ghosty

16/04/2020 10h34

Bonjour à tous et au rédacteur de cet article.

Depuis quand les policiers municipaux ont le Rifseep ?

Merci pour votre réponse.

Romain Mazon

17/04/2020 01h54

Bonjour
L’article ne dit pas autre chose. Voir le paragraphe suivant : « Concrètement, son octroi devra être décidé lors d’une délibération des assemblées territoriales. La prime sera versée hors Rifseep afin que pompiers et policiers municipaux, exclus du régime indemnitaire Rifseep, puissent y être éligibles. »
Cordialement

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement