Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Crise sanitaire

Déconfinement : les douze travaux des collectivités

Publié le 14/04/2020 • Par Catherine Maisonneuve Hervé Jouanneau Jean-Baptiste Forray Laura Fernandez Rodriguez Michèle Foin • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

macron-13avril
Elysée
Dans son allocution télévisée du 13 avril, le chef de l’Etat a demandé aux communes d’assurer une partie de la distribution de masques. Les municipalités devront aussi ouvrir progressivement les écoles à partir du 11 mai et assurer un accès, sous condition, aux EPHAD. Tour d'horizon.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’opération-modestie d’Emmanuel Macron passe par la case hôtel de ville. Loin des coups de menton du chef de « guerre » qui avaient marqué son intervention du 16 mars ordonnant le confinement de la population, le Président de la République a rendu un hommage appuyé aux maires et aux élus locaux qui « ont permis à la vie de continuer  ». Une allocution marquée par l’annonce de la fin du déconfinement à partir du 11 mai en lien avec les collectivités.

Le patron de Régions de France Renaud Muselier se félicite de cette « stratégie sanitaire nouvelle  ». Son collègue de l’Assemblée des départements de France Dominique Bussereau (Ex-LR) salue « un Président clair et didactique ».

Réouverture des écoles : plus facile à dire qu’à faire !

L’intervention d’Emmanuel Macron a cependant été marquée par une mesure plus controversée : la réouverture « progressive » des crèches, des écoles, des collèges et des lycées dès le 11 mai 2020.  « La situation actuelle creuse des inégalités. Trop d’enfants, notamment dans les quartiers populaires et dans nos campagnes, sont privés d’école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents » a justifié Emmanuel Macron. Des règles particulières devront être aménagées « dans la concertation » en termes d’organisation du temps, de l’espace, et de protection des enseignants et des élèves.

Ce mardi, sur France Info, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, a donné quelques précisions supplémentaires. « Toutes les écoles ne seront pas ouvertes le lundi 11 mai », a-t-il affirmé. Une réouverture progressive « implique forcément qu’on ne va pas avoir les mêmes âges qui rentrent au même moment » et qu’il « ne pourra pas y avoir de grands groupes » dans les classes. Enfin, interrogé sur la possibilité d’équiper de masques tous les professeurs et les élèves, le ministre a répondu qu’il « était fort possible » que le port devienne systématique, mais que cela « ferait partie des choses à définir dans les deux prochaines semaines ».

Ce dont s’inquiète Olivier Faure, député PS de la 11e circonscription de Seine-et-Marne, et Premier secrétaire du Parti socialiste : « Comment la décision du 11 mai a-t-elle pu être prise avant d’avoir réfléchi au plan d’action ? Il n’y a pas de place pour l’improvisation » a-t-il réagi sur twitter, accusant le président de rouvrir les écoles dans le but inavoué de renvoyer travailler les parents.

Invitée sur RTL le 14 avril, Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, estime que les conditions ne sont pas réunies pour que ce retour se fasse en toute sécurité. « Comment on peut penser que les restaurants seront fermés et que les cantines seraient ouvertes ? Il faut faire attention ! » a-t-elle déclaré.

Ce sera également aux collectivités d’organiser le nettoyage des locaux avant la reprise des cours. « Je suppose que l’on va nous demander des distances de sécurité dans les salles de classe. Nous devancerons les demandes de l’État pour être prêt au moment voulu » a déclaré Natacha Bouchart, maire LR de Calais (Nord), dans Nord Littoral.

Pour Agnès Le Brun, première magistrate LR de Morlaix, et rapporteure de la commission éducation de l’Association des maires de France (AMF), cette annonce est très problématique pour les maires.

« Dans le premier degré, c’est extrêmement difficile, voire impossible d’appliquer la distanciation et les gestes barrières – comment faire dans ce cas pour mettre les enfants à la sieste ? Sans compter que les locaux ne sont pas extensibles. Et quelle sera la marge de manœuvre des maires pour protéger les agents communaux, les Atsem en particulier ? Aujourd’hui, on voit très mal comment on va faire », s’inquiète-t-elle dans Maire Info.

Mesures de confinement : halte à la surenchère locale

Présentées comme « le seul moyen d’agir efficacement » contre la propagation de la maladie et donc, la saturation des services de réanimation à l’hôpital, les mesures de confinement sont maintenues jusqu’au 11 mai. Comme ils le font depuis déjà la mi-mars, les Français sont donc appelés à poursuivre l’effort : rester chez eux, réduire leurs sorties au maximum et appliquer les fameux gestes barrières.

Pour le chef de l’Etat, cependant, attention à ne pas perturber ce confinement par d’autres mesures. « Je demande à tous nos élus, dont je sais l’importance dans cette période, je demande à tous nos élus, comme la République le prévoit en cette matière, d’aider à ce que ces règles soient les mêmes partout sur notre sol. Des couvre-feux ont été décidés là où c’était utile mais il ne faut pas rajouter des interdits dans la journée. »

Le message est clair et renvoie aux nombreux arrêtés municipaux pris ces dernières semaines dans le sens d’une plus grande restriction des libertés, notamment ceux obligeant au port du masque comme à Sceaux ou à Saint-Ouen, aussitôt suspendus par la justice administrative, ou encore ceux, insolites, comme à Sanary-sur-Mer, restreignant les sorties à 10 mètres maximum du domicile, finalement retirés par la municipalité.

Masques : les maires participeront à la distribution

Le chef de l’Etat a reconnu « des failles, des insuffisances » dans l’approvisionnement en blouses, gants, gels hydralcooliques… et en masques, qui ont donné lieu à des accrochages ces derniers jours entre les collectivités et l’Etat.

La position du gouvernement a évolué sur ce point : si au début de la crise sanitaire, le port du masque était loin d’être encouragé pour tous, les masques ont désormais vocation à être étendus à l’ensemble de la population : « En complément des « gestes barrière » que vous connaissez bien et qu’il vous faudra continuer à appliquer, l’Etat à partir du 11 mai en lien avec les maires devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public. », a ainsi déclaré Emmanuel Macron.« Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations, comme dans les transports en commun, son usage pourra devenir systématique », a-t-il précisé.

« Comme nous le demandons avec l’ensemble de mes collègues maires, une coordination renforcée entre Etat et collectivités sera indispensable pour accompagner la sortie de crise. Ainsi que pour généraliser les tests pour les Français souffrant de symptômes – après en avoir équipé les résidents et agents des EHPAD – ainsi que pour distribuer les masques dits grand-public », a réagi Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse, président de Toulouse Métropole et de France Urbaine.

Comment se procurer des masques ?

Via une cellule de soutien aux maires, le Sénat a indiqué que les collectivités peuvent s’approvisionner en masques en contactant les préfectures qui transmettront au ministère de l’Intérieur (et non via les Agences régionales de santé), peut-on lire sur la plateforme du Sénat destinée à répondre aux questions des maires, selon laquelle l’approvisionnement des collectivités pourra se faire « prochainement via l’Ugap (Union des groupements d’achats publics) ou via une place de marché spécifique ».

Fin de vie : les familles bientôt autorisées dans les EPHAD

L’une des conséquences dramatiques du confinement en vigueur dans les Ehpad depuis le 17 mars est la situation de la fin de vie, seule, d’une personne âgée que sa famille ne peut visiter et encore moins accompagner dans ses derniers instants. La souffrance est partagée. Emmanuel Macron dit vouloir y mettre fin : « Je souhaite que les hôpitaux et les maisons de retraite puissent organiser pour les plus proches avec les bonnes protections la visite aux malades en fin de vie pour pouvoir leur dire adieu » a-t-il déclaré.

Peut-être son prédécesseur s’est-il fait l’écho des familles endeuillées ? « Ne pas pouvoir les voir avant leur départ est une situation cruelle pour beaucoup d’entre nous », avait témoigné le 7 avril François Hollande à la suite du décès de son père de 96 ans en Ephad (pas du coronavirus), dans un communiqué à l’AFP.

Déjà, le 30 mars, dans sa réponse au ministère des Solidarités et de la santé sur le renforcement des mesures de protection dans les Ephad, le Comité consultatif national d’éthique avait insisté pour que les situations puissent être prises en compte au cas par cas et avait indiqué qu’« un accueil organisé pour les familles et les proches aidants, parfaitement régulé et sécurisé avec les protections qui s’imposent, pourrait également être envisagé, en particulier pour les résident(e)s en fin de vie ».

Dans un communiqué du 14 avril, la Fédération nationale Avenir et qualité de vie des personnes âgées (Fnaqpa) évoque par ailleurs les risques de décompensation et de syndrome de glissement que la prolongation du confinement risque d’exacerber et demande que « soit étudiée la réouverture progressive des établissements aux familles des résidents, dans le strict respect des gestes barrières, des équipements de protection individuels et en organisant le test systématique des visiteurs

Le nombre de décès en Ephad s’élève à 5379 personnes depuis le 1er mars, selon un comptage encore partiel à partir des deux-tiers des 7000 ephad. Chiffres très inquiétants : près de 40 000 cas de Covid-19 confirmés ou suspectés ont été enregistrés sur l’ensemble de la période épidémique. Sur 750 000 résidents d’Ehpad, très fragiles, c’est beaucoup.

Cet article fait partie du Dossier

Coronavirus : les services publics face à la crise sanitaire

Sommaire du dossier

  1. Déconfinement phase 2 : la France passe au vert, et à l’orange
  2. Covid-19 et déconfinement : les départements reçoivent leur couleur
  3. Feu vert pour un déconfinement à deux vitesses
  4. Un déconfinement à géométrie variable
  5. Protection de l’enfance : comment le système a tenu grâce aux professionnels et au système D
  6. Déconfinement : comment réaménager l’espace public pour les piétons
  7. Déconfinement : les douze travaux des collectivités
  8. « Le confinement risque de renforcer les citadelles résidentielles » – Michel Lussault
  9. Coronavirus dans les Ehpad : les maires se rebiffent
  10. Réouverture des écoles le 11 mai : encore trop de questions sans réponse
  11. La guerre des masques, un cauchemar pour les collectivités
  12. Crise sanitaire : des clés pour assurer la protection des agents
  13. Déconfinement : vers une généralisation des pistes cyclables
  14. Coronavirus : les organisateurs de festivals plongés dans la confusion
  15. Mineurs non accompagnés : les grands oubliés de la gestion de la crise sanitaire
  16. La voiture, future grande gagnante de la crise du Covid-19 ?
  17. Coronavirus : maintenir le lien social, coûte que coûte
  18. Coronavirus : les derniers graphiques pour suivre l’épidémie, et le déconfinement
  19. Coronavirus : la PMI s’est remise en ordre de marche
  20. Coronavirus : la progression de l’épidémie dans les territoires
  21. Comment les collectivités ajustent leur plan de continuité
  22. « Les conditions sont réunies pour qu’il y ait d’autres pandémies »
  23. Coronavirus : comment fonctionne le nouveau cadre juridique d’état d’urgence sanitaire ?
  24. Emmanuel Macron déclare « la guerre » au coronavirus
  25. Arrêtés imposant un couvre-feu : quelles sont les règles ?
  26. Violences conjugales : que peuvent faire les collectivités en période de confinement?
  27. Services numériques : comment tenir bon pendant la crise sanitaire ?
  28. Parcs et plages fermés, amendes pour les promeneurs
  29. Fermeture des écoles : comment réorganiser les services et les missions des agents ?
  30. Coronavirus : les CCAS en première ligne pour maintenir l’aide à domicile
  31. Coronavirus : comment les services publics s’organisent
  32. Coronavirus : les policiers municipaux cherchent leur place dans la gestion de la crise
  33. Coronavirus : les sapeurs-pompiers en ordre de bataille
  34. Coronavirus : concours et formations annulés par la crise sanitaire
  35. Coronavirus : après la fermeture des écoles, quel rôle pour les collectivités ?
  36. Coronavirus : le Conseil d’Etat ne suspend pas la circulaire sur les procurations
  37. Coronavirus : Ehpad et services d’aide à domicile sous tension
  38. Coronavirus : les pompiers au secours du Samu
  39. Coronavirus : gestion de crise pour l’organisation des municipales
  40. Les DRH aux avant-postes face au coronavirus
  41. Coronavirus : face au risque d’abstention, les collectivités s’organisent
  42. Coronavirus : quelle articulation entre compétences du maire et de l’Etat ?
  43. Quatre questions que pose le coronavirus aux professionnels du spectacle vivant
  44. Coronavirus : Edouard Philippe annonce une série de mesures pour les élections municipales
  45. Coronavirus : les élus locaux luttent contre la propagation du virus sur le terrain
  46. Coronavirus : situation de l’agent public au regard des mesures d’isolement
  47. Les collectivités locales face au risque de pandémie du Coronavirus
  48. Coronavirus : l’organisation des municipales perturbée par l’épidémie annoncée
  49. Malgré le coronavirus, bibliothèques et musées vont poursuivre leurs missions
1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Déconfinement : les douze travaux des collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Sylvie

15/04/2020 06h23

ça va être compliqué pour les accompagnateurs scolaire dans les bus. Comment faire respecter les distances de sécurité lorsque le bus n’est pas à rallonge

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement