Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement local

La mise à disposition de pâturages et de terres arables, un vrai coup de pouce aux agriculteurs

Publié le 23/04/2020 • Par Sandrine Lana • dans : Innovations et Territoires, Régions

Portrait of goat
Deviddo/Adobestock
Pour faire face au coût élevé des terres agricoles, la commune de Valbonne acquiert et propose des terrains aux agriculteurs.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

[Valbonne, Alpes-Maritimes, 13 300 hab.] Dans les Alpes-Maritimes, les terres agricoles sont rares et hors de prix. De quoi décourager les jeunes agriculteurs. Le prix du foncier agricole peut y atteindre 100 euros du mètre carré (pour une moyenne nationale de 5,90 euros). Dans le pays de Grasse, il avoisine les 20 euros le mètre carré. Pour contrer ces coûts prohibitifs à l’installation de jeunes exploitants agricoles, la mairie de Valbonne et d’autres s’engagent pour acquérir ces terres. « Pour les communes, c’est avant tout un choix politique car les loyers payés par les agriculteurs sont trop faibles pour en faire un argument économique », explique Jérôme Coche, élu référent « installation » de la chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes.

A quelques kilomètres de la fourmilière de Sophia Antipolis, Françoise et Emmanuel Dürst se sont installés dans une chèvrerie construite par la mairie de Valbonne-Sophia Antipolis, sur un ancien terrain racheté à l’Inrae. Ils vivent dans un logement situé sur le même terrain, également loué à la mairie. Ils élèvent 80 chèvres, des oies, des moutons et quelques chiens de troupeaux, et vivent de leurs produits fromagers vendus directement à la ferme.

Chevriers

« Auparavant, nous étions salariés agricoles.

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La mise à disposition de pâturages et de terres arables, un vrai coup de pouce aux agriculteurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement