Coronavirus

« Les collectivités font comme elles peuvent »

Par • Club : Club Techni.Cités

Cette semaine encore, la rédaction de Techni.Cités vous propose des témoignages d’ingénieurs des services techniques, qui sont sur le terrain pour organiser la continuité des services dans les collectivités. Directeur de service technique, d’un syndicat d’eau, de déchet, de voirie, d’espaces verts, animateur de cellule de crise ont répondu présent pour raconter leur quotidien par temps de crise. Témoignage, aujourd'hui, de Pascaline Ménard, responsable du service déchets de la communauté de communes Cœur de Chartreuse.

cet article fait partie du dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

Au bout de la première semaine

« Pour nous, c’est simple car nous ne sommes pas en régie. La collecte des ordures ménagères et du tri sélectif se fait par des prestataires (NDLR : Sibuet et SME Environnement) qui ont mis en place les mesures nécessaires en matière de sécurité sanitaire. Je les vérifie. Il n’y a aucun changement notable, les collectes s’effectuent normalement et elles se font en mono-ripeur, il n’y a donc pas de problème de promiscuité. D’après les prestataires, ça roule pour le moment, il n’y a pas d’absentéisme dans leurs équipes.

Nous avons reçu beaucoup d’appels concernant les déchetteries. Nous en avons deux sur le territoire. Celle de Saint-Pierre-d’Entremont, surtout utilisée par les particuliers, est fermée. Celle d’Entre-deux-Guiers accueille de nombreux professionnels. Elle est donc encore ouverte mais uniquement pour ces derniers. La fréquentation a évidemment baissé, il y a 15 passages par semaine maximum, essentiellement des paysagistes ou quelques entreprises de BTP. Nous avons indiqué sur notre site internet que la déchetterie était réservée aux professionnels car, les premiers temps, des particuliers venaient encore. Notre agent devait leur refuser l’accès. Pour ce dernier, justement, nous avons mis en place les gestes barrières et les accessoires nécessaires (gants, masque, gel…). Il est le seul à signer les documents en cas de visite d’un professionnel pour qu’il n’y ait pas d’échange de stylo. Il se douche et se change sur place. Et plus aucun outil n’est disponible pour les visiteurs, ils doivent utiliser les leurs.

Notre centre de tri (Chambéry) est fermé. Nos collectes sont donc stockées et détournées en partie vers des centres d’incinération. Ce qui, pour nous, est un manque à gagner. Grâce au soutien des éco-organismes, on garde quand même quelques recettes.

Nous avons fait le choix de ne pas reporter le tri sélectif vers les ordures ménagères car nos collectes sont déjà chargées. Et comme les particuliers avaient intégré les habitudes de tri, on ne voulait pas prendre le risque de ne plus les retrouver ensuite.

Mais on commence à toucher du doigt un problème qui remonte un peu partout : les dépôts sauvages. Beaucoup font du bricolage et du nettoyage et jettent des dépôts n’importe où. On retrouve parfois des déchets électroménagers dans les bacs.

De mon côté, j’allais encore au bureau jusqu’au jeudi de la première semaine. Je suis en télétravail depuis. J’appelle le gardien de la déchetterie tous les jours pour garder le lien.

Notre objectif est d’assurer la continuité de service sans prendre de risque mais nous, responsables des services déchets, sommes un peu dans nos coins. Chacun fait comme il peut. Les collectivités en régie ont aussi besoin de masques, de gel. Les collectivités font comme elles peuvent mais quand les équipements manquent, les agents partent la peur au ventre.

Pendant la troisième semaine

Côté collecte ordures ménagères et collecte sélective, il n’y a pas de changement, elles tournent normalement. Le centre de tri de Chambéry est toujours fermé mais il devrait pouvoir réceptionner les papiers et les mettre en balles directement pour les expédier chez le repreneur/recycleur dans les jours qui viennent, c’est une bonne nouvelle.

Le syndicat mixte Savoie Déchets (NDLR : auquel adhère Cœur de Chartreuse) réfléchit également à reprendre le tri en mode dégradé mais ça reste compliqué de mettre en place les mesures barrières pour les agents en cabine de tri…

En revanche, il y a plus d’interrogations concernant les déchèteries. La FAQ du gouvernement indique que si les déchèteries sont ouvertes, les particuliers peuvent s’y rendre en cochant la case « achats de 1ère nécessité » et en ajoutant « déchèterie » à la main. C’est assez curieux car cela va complètement à l’encontre du message qu’il essaie pourtant de faire passer autour du confinement strict.

Si les déchetteries s’ouvrent au public, avec tout le ménage ou le bricolage que les gens ont fait ces dernières semaines, cela va engendrer un flux très important de circulation et de personnes.

Les collectivités demandent de la cohérence dans les messages. En attendant, nous maintenons uniquement le service sur une des deux déchetteries pour les professionnels. Et nous avons réduit un peu les horaires d’ouverture afin d’optimiser les passages et le temps de travail de l’agent d’accueil. »

Dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP