Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

FINANCES LOCALES

Coronavirus : coup de chaud sur le budget des régions

Publié le 08/04/2020 • Par Pascale Tessier • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

Graph with coins: red losses
m2k7 - Fotolia
La crise sanitaire rebat les cartes des budgets des régions, alors que cette dernière année de mandat devait renforcer encore l'investissement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Budgets primitifs 2020 : le choc du coronavirus

On efface tout et on recommence ! Alors que les régions s’étaient attelées à contenir leurs dépenses de fonctionnement et à poursuivre leur effort d’investissement reparti à la hausse l’an passé, le coronavirus est venu plomber feuilles de route et budgets primitifs. En abondant le fonds de solidarité, elles ont grignoté leurs marges de manœuvre, dans un contexte de moyen et long termes devenu nébuleux.

Il était déjà très compliqué de comparer 2019 à 2020 d’un point de vue budgétaire. « Un vrai bouleversement », résumait il y a encore quelques semaines William Tissandier, conseiller « finances » à l’association Régions de France. Il fallait faire le deuil du 1,5 milliard d’euros reversé à l’Etat dans le cadre de la réforme de l’apprentissage, mais aussi considérer l’incertitude liée aux capacités de celui-ci à honorer sa participation dans les contrats de plan à achever. Il était aussi nécessaire de revoir la consommation des fonds européens, espérer que les retraitements permissent de ne pas dépasser la hausse des dépenses de fonctionnement fixée par le pacte de Cahors, ou compter sur les réelles parts de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) – la recette fiscale la plus importante – et de TVA qui leur sont attribuées.

Comparatifs hasardeux

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Education : soutenir et protéger les enfants et les agents

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Coronavirus : coup de chaud sur le budget des régions

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement