logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/672417/le-plan-communal-de-sauvegarde-une-arme-efficace/

CORONAVIRUS
Le plan communal de sauvegarde, une arme efficace
Isabelle Verbaere | Actu experts prévention sécurité | France | Publié le 03/04/2020 | Mis à jour le 02/04/2020

Moins d'un tiers des communes a l'obligation d'élaborer un plan communal de sauvegarde. Mais celles qui en ont un semblent mieux faire face.

covid19-1 [1]

A Fourques (2 900 hab., Var), l’annonce du confinement presque total de la population le 16 mars, n’a pas pris les élus de cours. Et pour cause, ce scénario avait été anticipé dans le cadre du plan communal de sauvegarde (PCS), élaboré dès 2004, un an après la crue monstre du Rhône. Après le volet « inondation », les risques de canicule, les transports de matières dangereuses et la pandémie grippale, critère ajouté en 2009 après la crise sanitaire de la grippe H1N1, ont été intégrés dans le PCS. « Mais nous avions prévu la mesure de confinement dans le volet risque d’accident nucléaire, se félicite Nadine Castellani, ex-adjointe chargée des risques [sans étiquette] en responsabilité jusqu’au 15 mai. Et cela nous aide à gérer cette crise, notamment, afin de communiquer auprès de la population confinée pour l’informer. Grâce au système de télé-alerte en masse, le maire a pu, à deux reprises, adresser un message à tous les habitants pour relayer les mesures prises par la préfecture et la commune. »

L’arbre qui cache la forêt

Patrick Janolin, maire (PS) du Versoud (4 800 hab. Isère), se félicite, lui aussi, d’avoir ajouté un volet « pandémie grippale » dans son (1) [2].

POUR ALLER PLUS LOIN